Acheter un bien immobilier à New York : conseils d’experts

Bien vivre aux États-Unis :
le 1er salon digital pour les Français des USA

BARNES New York & Westchester vous invite à la conférence dédiée au marché immobilier new-yorkais, "Acheter un bien immobilier à New York", à l’occasion de sa participation au salon en ligne "Bien Vivre aux États-Unis".

Cet événement numérique aura lieu le lundi 13 septembre à 12h00 (fuseau horaire EST). Le salon s'étendra ensuite toute la semaine jusqu'au 17 septembre en présentant un ensemble de conférences avec des experts pour accompagner les expatriés aux États-Unis, que vous y soyez installés depuis longtemps ou rêviez d’y vivre.

Yann Rousseau, directeur associé de BARNES New York & Westchester, se joindra à la discussion avec Betty Benzakein d’HSBC et Amélie Deschênes d'OFX, abordant notamment :

  • Le processus d’acquisition et de location à New York
  • Le point sur l’état du marché immobilier à New York & dans le Westchester sur le troisième trimestre 2021
  • Les formalités d’installation ou de “relocation”
  • Les quartiers à privilégier
  • Les différents produits immobiliers disponibles
  • Le rôle de l’agent immobilier

Lundi 13 septembre à 12h00 EST / 18h00 CEST

Cet événement est parrainé par USAFrance Financials et organisé par French Morning.

Le Nouveau Manhattan – REAL ESTATE IN DEPTH

Par Marie Prénon. Source : www.realestateindepth.com/news/the-new-manhattan

Malgré la récente augmentation des cas COVID et du variant Delta dans la région métropolitaine de New York, la ville de New York est de nouveau ouverte aux affaires. La plupart des théâtres de Broadway rouvrent en septembre, les restaurants et les bars permettent désormais aux clients vaccinés de dîner à l'intérieur et le marché immobilier résidentiel bat son plein.

Les nouveaux développements sont en plein essor - de Hudson Yards à Penn Station à Roosevelt Island - et les marchés de la vente et de la location à Manhattan voient apparaître un afflux de jeunes professionnels, ainsi que de parents dont les enfants ont quitté le nid, prêts à faire de la Big Apple leur maison.

Brian Tormey, président, TitleVest

Au cours de l'année dernière, Brian Tormey de TitleVest à Midtown Manhattan a pris le pouls du marché immobilier résidentiel, organisant une série de webinaires « Be Your Best » sur « Get the Deal Done », parrainé par la Hudson Gateway Association of Realtors et OneKey MLS, tout au long de la pandémie. Récompensé par le titre de « Meilleure agence » par le Journal de droit de New York classement des lecteurs depuis 2013, TitleVest et Tormey sont à l'avant-garde d'un marché immobilier à l'envers depuis mars 2020.

« J'ai été impressionné par la résilience que j'ai constatée chez les professionnels de l'immobilier dans toute la région de New York », a déclaré Tormey. « La pandémie a prouvé une fois de plus l'une des forces de notre région : nous savons prendre soin les uns des autres. »

Le 9 septembre, Tormey organisera un autre de ses webinaires populaires, cette fois sur le thème « The New Manhattan ». Tormey et un panel d'experts immobiliers discuteront de la façon dont la «ville qui ne dort jamais» autrefois abandonnée fait son retour officiel, après une année éprouvante, retrouvant des rues grouillantes de camionnettes de déménagement se dirigeant vers les banlieues.

Maintenant, des programmes neufs civiques et privés semblent alimenter un nouvel intérêt pour New York et Manhattan en particulier. « Pour citer un bon ami et ancien panéliste, Bruce Cohen, « pour chaque vente, il y a un achat. Maintenant, nous commençons à voir le temps sur le marché raccourcir et les prix augmenter, deux indicateurs d'un marché en renforcement », a déclaré Tormey.

En raison de l'augmentation des concessions des vendeurs, des faibles taux d'intérêt et des stocks disponibles au plus fort de la pandémie, Tormey et son équipe ont commencé à voir un intérêt de la part d'acheteurs qui n'avaient peut-être pas normalement les moyens de s'offrir Manhattan. "Des gens de tous horizons en ont profité pour passer de la location à la propriété, augmenter, réduire ou, pour la première fois, s'emparer de leur propre part du gâteau de Manhattan", a-t-il noté. "Je pense que nous reverrons bientôt un Manhattan animé, même si cela sera sans doute un peu différent d'avant, avec des horaires de travail ajustés, de nouveaux modes de déplacement et une appréciation renouvelée de la vie en plein air."

Brian Phillips de Douglas Elliman Real Estate dans le Bronx convient que l'immobilier à New York est de retour. « Je vois certainement des gens revenir et j'ai remarqué beaucoup de jeunes, en particulier sans enfants », a-t-il déclaré. "Bien que les prix post-pandémie soient plus bas, je pense qu'ils vont commencer à remonter lentement."

Phillips, qui répertorie et vend dans les cinq arrondissements, a noté que les studios et les appartements composés d'une chambre à coucher séparée se sont arrachés très rapidement. "Je constate également qu'il y a beaucoup moins de loyauté envers des quartiers spécifiques - les gens recherchent à Manhattan, Brooklyn, Queens ou partout où ils peuvent trouver de bonnes affaires", a-t-il ajouté.

Certains de ses clients viennent d'aussi loin que la Floride, tandis que d'autres viennent de Westchester, de Long Island, du New Jersey et du Connecticut. «Les gens veulent toujours être à New York – les bureaux rouvrent, Broadway revient et les restaurants et les bars rouvrent. Il y a certainement un nouvel afflux dans la ville.

Actuellement, dans le "Hupper Manhattan", les prix d'un appartement d'une chambre en coopérative commencent à environ $300 000 pour un immeuble sans ascenseur, là où un immeuble avec ascenseur ou portier commence à environ $400 000. Les prix des appartements de deux chambres sont beaucoup plus élevés, en moyenne $500 000. "Plus vous allez vers le nord, moins cela coûte cher et plus vous avez d'espace", a ajouté Phillips.

Une maison de ville de 3 436 pieds carrés, cinq chambres et cinq salles de bain et demie à Hamilton Heights, Manhattan, proposée à la vente par l'équipe Brian Phillips de Douglas Elliman pour $2 450 000.

Plusieurs de ses clients demandent également une terrasse, ainsi qu'une machine à laver et un lave-linge situés dans l'unité. « Après COVID, je pense que tout le monde est plus soucieux d’avoir ses propres appareils personnels plutôt que d’utiliser une buanderie publique dans le bâtiment », a-t-il déclaré.

En ce qui concerne les locations, Phillips voit les concessions des propriétaires commencer à s'estomper. « Pendant la pandémie, de nombreux propriétaires offraient un mois gratuit sur un bail d'un an et deux mois gratuits sur un bail de deux ans », a-t-il expliqué. « De plus, nous commençons à voir à nouveau les frais immobiliers payés par le locataire, contrairement au propriétaire qui les payait pendant la période du COVID. »

Grâce à la diversification de son inventaire, Phillips n'a pas connu de ralentissement pendant la pandémie. Il a découvert du mouvement sur les propriétés de moins de $500 000 dans les cinq arrondissements. "Depuis l'année dernière, les transactions sont également plus rapides", a-t-il noté. "Il existe des signatures électroniques et d'autres formes de technologie qui rendent les transactions beaucoup plus rapides et plus fluides."

Magdalena Ferenc de Corcoran dans le West Side de Manhattan a connu un énorme bond des ventes et des locations cet été. S'occupant des locations dans 10 bâtiments à Morningside Heights, elle attribue aux étudiants de l'Université de Columbia le mérite d'avoir aidé son entreprise à monter en flèche. "Juillet a été le mois le plus fou de ma carrière dans l'immobilier", a-t-elle révélé. « J'ai loué plus de 50 appartements et j'avais l'impression de travailler jour et nuit à cause du décalage horaire dans les autres pays.

Beaucoup de ses clients locataires reviennent d'Inde et de Chine, partageant souvent des appartements plus grands pour maintenir les coûts abordables. Ferenc prévoit de louer au moins 200 appartements d'ici la fin de l'année. "Je suis essentiellement en train de rattraper le retard accumulé sur l'année de 2020, lorsque les choses étaient beaucoup plus lentes", a-t-elle ajouté.

Comme Phillips, Ferenc a également connu la tendance des propriétaires à réduire les bénéfices pour attirer les locataires. Dans la région de Morningside Heights, les prix des locations de deux chambres peuvent généralement commencer à $2 200 par mois, tandis que trois chambres peuvent aller jusqu'à $2 700 ou plus et quatre chambres, $3 000 et plus.

Du côté des ventes, elle assiste également à une sorte de Renaissance à Inwood et dans le Bronx avec Origin North, une collection de neuf bâtiments en coopérative abordables et restaurés. Toutes les unités rénovées ont de nouvelles cuisines, salles de bains, revêtements de sol, travaux d'éléctricité, et les bâtiments offrent également de nouveaux halls et un aménagement paysager extérieur.

"Les gens commencent à découvrir les quartiers du nord de Manhattan ou du Bronx comme Bedford Park, Norwood et University Heights", a-t-elle déclaré. « Ils sont hors de prix dans d'autres régions et commencent à réaliser la valeur de l'accession à la propriété dans de bonnes zones avec un espace généreux et des trajets faciles vers Midtown Manhattan. Les unités d'une chambre dans certains emplacements à Origin North sont accessibles à partir de seulement $265 000.

Ferenc a déclaré que la réponse du public a été excellente et qu'elle a déjà conclu près de 20 transactions. « Lorsque j'organisais des journées portes ouvertes dans ces zones auparavant, seuls les voisins curieux se présentaient souvent », a-t-elle déclaré. "Maintenant, c'est très encourageant de voir beaucoup de gens qui sont intéressés."

Une coopérative d'une chambre et une salle de bain à Bedford Park, Bronx, mise en vente par Corcoran pour $265 000.

Yann Rousseau, de BARNES New York situé à Midtown Manhattan, a constaté que les locations haut de gamme étaient les plus durement touchées pendant la période COVID. "Les affaires ont commencé à reprendre au début de 2021 et en ce moment, nous commençons à voir des prix de location que nous n'avons pas vus depuis quelques années", a-t-il déclaré.

Pour l'équipe de Rousseau, le Financial District et Midtown ont été les plus touchés pour la vente et la location, tandis que Soho, Greenwich Village et certaines parties de Brooklyn sont restés stables. En 2020, certains propriétaires offraient jusqu'à quatre mois gratuits, mais maintenant, a-t-il dit, il n'y a pratiquement plus de concessions.

Dans Midtown et l'Upper East et West Side de Manhattan, les locations de studios peuvent aller de $2 000 à $4 000 par mois, tandis que les appartements d'une chambre peuvent exiger des loyers mensuels de $3 000 à $5 000, selon les quartiers et l'âge des immeubles. Le prix de vente moyen d'un studio dans ces zones est de $500 000.

"Je pense que le marché de la location sera toujours là parce que New York peut être transitoire", a expliqué Rousseau. « Les gens peuvent venir ici pendant un certain temps pour travailler, puis déménager en banlieue lorsqu'ils sont prêts à fonder une famille.

Bon nombre de ses ventes de coopératives et de condos sont des investisseurs étrangers qui recherchent un port d'attache lorsqu'ils voyagent aux États-Unis. D'autres achètent des propriétés pour ensuite les louer. Rousseau voit aussi un afflux de jeunes professionnels ainsi que de parents dont les enfants ont quitté le nid qui veulent une résidence secondaire à Manhattan. "New York sera toujours New York, alors dire que le marché immobilier revient enfin est un peu exagéré", a-t-il déclaré.

BARNES New York ouvre également son premier bureau à Westchester à Larchmont pour accompagner ses clients européens à la recherche d'une résidence secondaire en banlieue. « L'école franco-américaine de Mamaroneck attire beaucoup de familles, ainsi que la proximité de New York, a ajouté Rousseau. BARNES International Real Estate exploite un troisième bureau aux États-Unis, situé à Miami, et possède des agences dans plus de 100 sites dans 20 pays à travers le monde, avec plus de 1 000 agents.

Lire l'article sur REAL ESTATE IN DEPTH

Nous contacter

BARNES New York & Westchester, partenaire de la soirée cinéma Drive-in de la FASNY

BARNES New York & Westchester a eu l'incroyable opportunité de sponsoriser la soirée cinéma drive-in FASNY (French-American School of New York), qui s'est déroulée avec beaucoup de succès le 23 avril.e, 2021. Cette grande soirée a été l'occasion pour FASNY de fêter ses 40 anse Anniversaire, en suivant avec enthousiasme la célèbre route de briques jaunes vers Oz dans un endroit parfait avec des collations délicieuses et beaucoup de plaisir.

Afin de renforcer sa présence dans l’Upstate New York, en plus de soutenir la communauté française très représentée dans cette partie nord de l'État, BARNES New York prévoit de s'agrandir très prochainement avec l'ouverture d'une nouvelle agence dans la région de Westchester. BARNES est à votre écoute pour vous accompagner dans tous vos projets immobiliers, à New York même ou dans toute la région métropolitaine. N’hésitez pas à nous contacter.

————————
À PROPOS DE la FASNY

Le French-American School of New York (FASNY) est une école internationale privée, indépendante et mixte offrant une éducation mondialement reconnue accueillant en demi-pensionnat environ 800 élèves de la Petite Section de maternelle à la Terminale. La FASNY est la seule école de la région métropolitaine à proposer les filières Baccalauréat international et le Baccalauréat français. FASNY est située dans le comté de Westchester, New York, avec des campus à Larchmont et Mamaroneck.

Nouvelle édition du Magazine BARNES - Printemps-Été 2021

Nous sommes heureux d'annoncer la sortie de BARNES MAGAZINE #29, fraîchement sorti de presse. Cette édition internationale printemps-été présente Alain-Dominique Perrin, Président de la Fondation Cartier pour l'art contemporain. Il nous accueille dans sa maison de Verbier, un magnifique chalet surplombant la vallée des Alpes suisses, et nous raconte son parcours hors du commun, fortement marqué et défini par la créativité dans l'univers du luxe, une passion pour l'Art et une sensibilité pour les grands vins et le patrimoine symbolisé par l'acquisition et la rénovation du Château de Lagrézette, près de Cahors.

Bien entendu, cette nouvelle édition vous permettra également d'être complètement au courant des dernières actualités dans les domaines de conception, à la découverte du mobilier d'architecte unique, architecture, de l'art, vin, éco-yachts, et événements, que vous soyez intéressé par la haute cuisine française ou le golf, ainsi qu'un échantillon de Biens immobiliers des endroits les plus branchés.

BARNES poursuit son aventure mondiale en continuant de s’agrandir, et vous présente ainsi des propriétés en provenance de ses nouvelles agences sur le Lac de Côme, en Principauté de Monaco et dans Beaulieu-sur-Mer.

Demandez votre copie gratuite , et bonne lecture !

Nouvelle édition du magazine BARNES avec l'invité principal en page de couverture, et diverses images en arrière-plan représentant l'Art et l'immobilier.

Nous contacter

La Chambre de commerce franco-américaine présente: Yann Rousseau, Managing Partner chez BARNES New York

Rencontrez nos membres: Yann Rousseau, Managing Partner, BARNES New York

Propos recueillis par la Chambre de commerce franco-américaine

Yann Rousseau, Managing partner chez BARNES New York, a eu le privilège d’être interviewé par la Chambre de commerce franco-américaine. Rencontrez l’homme à la tête de l’agence BARNES de New York.

Originaire de France, Yann grandit à Paris mais considère aujourd’hui Bordeaux et Arcachon comme son ancrage familial. Il a obtenu trois mastères en ingénierie environnementale (ENTPE Lyon), économie environnementale (Imperial College London), et gestion des vins et spiritueux (Bordeaux Ecole de Management / KEDGE). Il a résidé dans plus d’une douzaine de villes, dans six pays répartis sur trois continents (France, Seychelles, Royaume-Uni, Italie, Burkina Faso, USA).

Après plusieurs années dans l’humanitaire et le développement (Nations-Unies, diplomatie française, gouvernement seychellois, secteur privé, …), il a franchi l’Atlantique pour suivre son épouse, originaire de Miami. Ils s’y sont installés en 2013, où il a commencé sa carrière de consultant immobilier.

Yann accompagne ses clients pour des locations modestes comme des propriétés prestigieuses, achats sur plans, et acquisitions stratégiques (diversification de portefeuille, plus-value, …). Pour lui, il s’agit d’assister chaque client, quel que soit son budget, quelles que soient ses intentions, afin qu’il accomplisse son projet immobilier en toute sérénité et confiance. Yann inscrit sa relation clientèle dans le long-terme, pour un locataire qui deviendra un propriétaire puis un investisseur.

FACC-NY: En tant qu’ingénieur avec une formation en économie, à la fois dans les secteurs public et privé, ayant vécu dans plus de 6 pays sur 3 continents différents, qu’est-ce qui a guidé votre décision de travailler dans le secteur immobilier avec Barnes New York? 

Cela a commencé par hasard lorsque j’ai déménagé aux États-Unis (Miami) pour suivre ma femme, qui est originaire du sud de la Floride. Sa mère possède un portefeuille immobilier modeste et comme je n’avais pas de projet de carrière majeur, elle m’a demandé de m’en occuper pendant que je réfléchissais. J’ai aimé découvrir une nouvelle industrie et commencer une nouvelle carrière aux États-Unis. J’ai rejoint une boutique de courtage à Miami, puis j’ai rapidement rejoint le bureau de BARNES. Après quelques années là-bas, BARNES m’a donné l’opportunité de relancer l’opération de New York. Nous avons donc déménagé vers le nord fin 2018 et j’ai rouvert BARNES New York aux côtés de mon partenaire Christophe Bourreau. Deux ans plus tard, nous avons recruté 12 agents et doublé la meilleure année d’activité jamais enregistrée pour le bureau. Et nous sommes sur le point d’ouvrir une nouvelle agence, à Larchmont, couvrant la région de Westchester.   

FACC-NY: Comment évaluez-vous l’état actuel de l’immobilier dans la période post-COVID?

C’est une période difficile à définir précisément, car la situation reste fluide. Tout le monde a entendu parler d’un exode de Manhattan, mais quand on regarde les 3ème et 4ème trimestres de 2020, les chiffres sont en réalité encore meilleurs que ce qu’ils étaient à la même période en 2019. Il y a bien sûr un effet non négligeable de «rattrapage» de dernière minute, où les deux derniers trimestres tendent à compenser un début d’année 2020 très lent. Bref, des transactions immobilières restaient à réaliser et la plupart avaient simplement été repoussées en fin d’année. Désormais, en 2021, nous pouvons assister à une forte reprise du côté de la revente, même si le marché reste tendu du côté de la location. C’est définitivement un marché de locataires, et il reste en quelque sorte un marché d’acheteurs, bien que dans des proportions moindres par rapport à 2020. Nous avons constaté une baisse générale de 8% des prix (revente) à Manhattan, certains quartiers résistant mieux que d’autres. Les nouveaux développements souffrent beaucoup plus et nous pouvons facilement obtenir des remises à 2 chiffres. En ce qui concerne la location, les propriétaires se voient obligés d’offrir au moins 2 mois de loyer gratuits s’ils souhaitent trouver des locataires.

FACC-NY: BARNES New York espère-t-il une reprise économique prochaine à New York? 

Compte tenu du niveau de contrariété qui se fait sentir partout dans la ville, il faut rester modeste. Bien que les représentants de l’industrie s’efforcent de nous considérer parmi les travailleurs essentiels, nous sommes simplement ici pour continuer à aider nos clients de la manière la plus sûre possible. Les gens doivent encore se déplacer et trouver un logement. En parallèle, nous continuons à communiquer fortement au sujet de la ville de New York et sur la pertinence d’un tel investissement immobilier, à un moment où l’actualité prétend que tout le monde fuit la ville. New York sera toujours New York, et cela restera l’un des investissements les plus sûrs que l’on puisse faire dans un monde aussi instable.

FACC-NY: Avez-vous constaté une réduction des prix sur le marché immobilier de New York en raison de la pandémie?

En effet, comme indiqué précédemment, une baisse d’environ 8% au total à Manhattan pour la revente et environ 2 mois de loyer gratuits pour les locations. Il s’agit d’une moyenne et certains types de propriétés, par exemple les maisons de ville ou les logements de luxe, souffrent moins et semblent mieux résister à la tempête. De plus, les quartiers les plus recherchés (SoHo, Tribeca, cœur de l’Upper East Side…) n’ont pas été trop touchés, voire pas du tout, à l’opposé des zones qui dépendent fortement des forces du marché. Le «meilleur» exemple est le Financial District et autour des grandes universités (NYU / Columbia), où le manque de fréquentation a définitivement eu un impact sur le marché local. De plus, les nouveaux développements sont les plus touchés par la pandémie, car leurs délais (réglementaires ou financiers) les poussent à solder leur inventaire à tout prix. Les réductions pour cette classe d’actifs peuvent facilement dépasser 20%, ce qui est absolument sans précédent; les marges de négociation pour les nouveaux bâtiments avaient tendance à être proches de zéro dans le passé.  

FACC-NY: Comment choississez-vous les biens à ajouter à votre catalogue dans cette période de « nouveau normal »? Quelles sont les caractéristiques qui rendent un logement particulièrement attrayant pour les acheteurs de nos jours? 

Comme on peut s’y attendre, tout ce qui offre une certaine sensation d’espace, d’air, de respiration ou de verdure, présente un avantage plus fort aujourd’hui. Dans le passé, les gens ne semblaient pas trop se soucier d’une vue obstruée et acceptaient facilement un appartement situé dans les premiers étages en bas d’un immeuble dans une rue sombre, pourvu que l’emplacement était idéal et les infrastructures abondantes. Maintenant, les acheteurs et les locataires se rendent compte qu’ils pourraient avoir à passer beaucoup plus de temps dans leur appartement, et pendant la journée, ils doivent donc pouvoir se sentir moins claustrophobes et oppressés. Les maisons de ville sont un must à cet égard. Et bien sûr, les arrangements «flexibles» sont désormais incontournables. Les logements avec des espaces supplémentaires (tanières, recoins, loggias…) pouvant être utilisés ou transformés en bureau à domicile sont plus attrayants que jamais. 

FACC-NY: Dans quels types de fourchettes de prix voyez-vous le plus de mouvement?

Tout le monde est à la recherche d’une bonne affaire, mais les gens doivent encore déménager et trouver un toit. Fondamentalement, nous n’avons pas constaté de changement important dans les prix car, même si les propriétés à prix d’entrée seront toujours recherchées, les personnes qui peuvent acquérir des propriétés de plusieurs millions de dollars sont dispersées dans le monde entier. Et ce sont eux qui ont un œil particulier sur le marché maintenant pour voir quelles sont les opportunités à saisir. D’un autre côté, nous avons lentement commencé à voir des niveaux de prix que nous n’avions pas vus depuis un certain temps dans la ville, comme des condos à moins de 500 000 $ ou des coopératives à moins de 400 000 $. Le prix d’entrée diminue à coup sûr.

FACC-NY: Qu’est-ce qui vous a amené à rejoindre la communauté de la FACC-NY?

Nous sommes à l’origine une entreprise française, fortement implantée en France où se déroule l’essentiel de l’activité BARNES. Il est naturel pour nous d’être un membre actif de la communauté française partout où nous avons un bureau, et la Chambre de Commerce est souvent un excellent relais à cet effet. De plus, nous sommes souvent le point d’entrée des entreprises et des particuliers qui s’installent dans la Ville depuis la France (ou par le biais d’entreprises françaises), il semble donc absolument indispensable pour nous d’être membres de la Chambre. Nous servons tous les partis intéressés, mais notre clientèle principale reste étroitement liée à la France.

Lire l'article sur le site Web de la FACC

Éditorial de Thibault de Saint-Vincent, président de BARNES

"L’espérance est un emprunt fait au bonheur." Joseph Joubert

Depuis plusieurs semaines, le monde traverse une crise d’une ampleur inédite due à la propagation exponentielle du COVID 19. Un à un, les pays se sont confinés et leur économie a été quasiment mise à l’arrêt.

Nous voulons rendre hommage à tous ceux qui se sont engagés dans ce combat : au personnel soignant tout d’abord, qui lutte sans relâche avec courage et détermination pour tenter de faire refluer la maladie ; à tous ceux qui contribuent à assurer les services essentiels (pharmaciens, commerçants, caissières, chauffeurs routiers, éboueurs, services de sécurité etc.). Toutes ces femmes et ces hommes sans lesquels le quotidien serait insupportable. Pour ce qui concerne le secteur immobilier, nous tenons également à remercier les notaires et les établissements bancaires qui ont redoublé d’efforts ces derniers temps pour permettre à nos clients de finaliser leurs projets. Enfin, nous souhaitons adresser à toutes nos équipes, partenaires et clients un signe amical pour les remercier de leur fidélité et les assurer de notre soutien. A tous, nous voulons dire ce mot simple que l’on oublie trop souvent de prononcer : merci.

Vous êtes nombreux à vous interroger sur l’avenir du marché immobilier haut de gamme international dont la maison BARNES, grâce à votre confiance, est devenue une référence. Fidèles à notre souci d’écoute et de proximité, nous nous sommes efforcés de répondre à tous vos besoins et continuerons à le faire. Les premiers éléments dont nous disposons nous permettent d’affirmer que dans la tempête, l’immobilier haut de gamme tient bon. Les transactions, même si elles se sont ralenties, se poursuivent. Les taux d’annulation et de rétractation sont faibles ; les pressions à la baisse des prix restent limitées à une très faible marge dans toutes les destinations où nous sommes implantés.

A l’heure où la plus grande méfiance règne sur le marché des actions, où posséder des liquidités semble risqué, l’immobilier haut de gamme confirme son statut de valeur refuge. Chacun peut en effet mesurer, en cette période de confinement, l’apport précieux que représente la possession d’un bien de grande qualité. Valeur sûre et essentielle, la pierre se révèle dans l’épreuve un atout inestimable.

Dans cette situation profondément instable, avoir une vision claire du marché et de son environnement est d’une importance cruciale. Par sa connaissance du terrain, la qualité de ses expertises et l’étendue de ses services, BARNES est à même d’apporter une réponse précise à vos besoins dans le domaine de l’art de vivre. Sa longue expérience l’a vu traverser et surmonter bien des crises. Sa vision mondiale et sans cesse actualisée en fait le garant d’un arbitrage lucide et immédiat.

Aujourd’hui, comme demain, fidèle aux valeurs qui nous unissent, nous nous tenons à vos côtés pour vous accompagner et vous guider dans vos choix. Ensemble, nous traverserons ces temps houleux et en sortirons plus forts.

Prenez soin de vous et de vos proches. Et surtout, conservez l’espérance.

Cette espérance dont Joseph Joubert disait "qu’elle est un emprunt fait au bonheur. " Quoi de plus actuel et de plus enthousiasmant dans cette période que d’avoir le bonheur comme créancier.

Thibault de SAINT VINCENT, Président du Groupe BARNES

Webinaire - L'impact du Covid-19 sur le marché immobilier new-yorkais

Webinaire BARNES New York
L'impact du Covid-19 sur le marché immobilier new-yorkais

Compte tenu de ces temps troublés et de l'actualité turbulente, le Vendredi 10 avril à 15h30 (heure de Paris), 9h30 (L'heure de New York), BARNES a souhaité partager avec vous sa vision de la situation actuelle, les modifications de son organisation interne, de sa communication avec ses clients et de son interaction avec les marchés sur lesquels le réseau est présent, notamment les New York C’est en comprenant le contexte présent, tout en restant le plus factuel possible, chiffres et données à l’appui, que nous pourrons, avec prudence et humilité, préparer l’avenir.

En moins d’un mois, le monde tel que nous le connaissons a été profondément impacté par une pandémie d’une rare violence, sans précédent, et annonçant des répercussions nombreuses. En Europe comme dans les principaux états des Etats-Unis, le confinement est devenu de rigueur et de nombreuses entreprises et indépendants redoutent, à juste titre, les semaines et mois à venir. Nombreux sont les experts qui s’expriment avec certitudes sur les prochaines étapes, la majorité de ces prédictions étant régulièrement mises à mal au bout de quelques jours.

À ce titre, BARNES New York vous a proposé une conférence virtuelle en direct en français au cours desquels les thèmes suivants ont été abordés:

  • Présentation et aperçu des principaux marchés immobiliers dans le monde où BARNES est présent. Par Thibault de Saint Vincent, Président du Groupe BARNES.
  • Focus sur New York. Par Christophe Bourreau, Directeur associé BARNES New York.
    • Le nouveau cadre réglementaire actuel
    • Impact sur les transactions en cours
    • Comment les acheteurs et les vendeurs ont-ils réagi au cours des deux dernières semaines?
    • Quels effets sur le marché locatif ?
    • Les possibles conséquences à court et à long termes
    • Comment réagit l’immobilier commercial à New York et aux USA ? ar Miriam Driot, Agent immobilier et Experte commerciale BARNES New York.
  • Financement : Comment les banques réagissent-elles ?

Avec la participation de Rachel Brunet - lepetitjournal.com, Rédactrice en chef de l’édition new-yorkaise.

Contactez-nous pour plus d'informations

Conférences juin 2019 – Investir ou s’implanter à New York : comment profiter des opportunités du marché actuel

Tout au long du mois de juin 2019, BARNES New York a organisé plusieurs conférences à New York, Londres, Paris, Genève, Cannes, et Saint-Tropez. Nous tenons à remercier tous les participants ainsi que tous ceux qui ont contribué à ces événements. Un véritable succès avec plus de 250 personnes inscrites, nous espérons que ces conférences vous ont été à la fois informatives, utiles et agréables ; l’objectif premier de telles réunions étant de vous informer sur l’immobilier new-yorkais, tant du point de vue process qu’informations de marché. Quel que soit votre projet ( acquisition, investissement, location, vente … ) notre équipe se tient à votre disposition et sera ravie de vous assister.

N’hésitez pas à nous solliciter pour d’avantages davantage d’informations sur l’immobilier new-yorkais.


Le 4 juin 2019 – New York, sur le rooftop de The Caledonia, au cœur de Chelsea. En collaboration avec Betty Benzakein, Premier Mortgage Consultant à HSBC, Richard Ortoli, avocat spécialiste en droit immobilier et fiscalité internationale, et French Morning.


Le 18 juin 2019 – Londres, propriété d’exception mettant en valeur un superbe intérieur sur mesure, à quelques pas du Buckingham Palace. En collaboration avec BARNES Londres, Maître Richard Ortoli, et Guillaume Tardivat, account manager.


Le 19 juin 2019 – Paris, au cœur des Champs Elysées dans une propriété d’exception avec vue à 360 degrés sur Paris. En collaboration avec Maître Richard Ortoli.


Le 25 juin 2019 – Genève, dernier étage de la Fédération des Entreprises Romandes, avec vue imprégnable sur la ville. En partenariat avec BARNES Miami.


Le 26 juin 2019 – Cannes, Villla Bressarello au Cap d’Antibes. En partenariat avec BARNES Miami et BARNES Yachts.


Le 27 juin 2019 – Saint-Tropez, Villa aux Parcs de Saint-Tropez. En partenariat avec BARNES Saint-Tropez, BARNES Miami, et Guillaume Nicolau, responsable du Pôle Clientèle Internationale chez Up Notaires.


Restez informés de l’actualité de l’immobilier new-yorkais et de nos prochains événements en vous inscrivant à notre newsletter.

Nous contacter

Un réseau international intégré pour des solutions sur-mesure

Un entretien avec Christophe Bourreau, directeur de BARNES New York.

De premier plan dans l’immobilier international de luxe, BARNES accompagne ses clients en Floride depuis 2002. J’ai rejoins BARNES en 2008 dans le but de promouvoir le marché américain en France. En juin 2009, je suis devenu directeur de Barnes à Miami, une société de premier plan dans l’industrie internationale de l’immobilier de luxe. Barnes est présent dans la grande pomme depuis 2009, New York étant un marché prioritaire pour notre clientèle. Je suis devenu directeur de BARNES NY en 2011. Depuis, nous conseillons acquéreurs et vendeurs dans leurs projets immobiliers principalement à Manhattan et Brooklyn.

Vous et votre société

Quels services, quels produits, quelle activité ?

BARNES vous accompagne dans l’intégralité de vos projets en proposant l’ensemble des services indispensables à la réalisation d’une parfaite acquisition, du montage juridique à la décoration finale en passant par le financement, les formalités internationales, la domiciliation, les assurances, la gestion locative, etc.

Quel est l’esprit, la culture de votre entreprise ? Qu’est-ce qui la caractérise ?

Depuis sa création en 1995, BARNES réinvente l’immobilier de luxe et propose un réseau international intégré de façon à offrir des solutions sur-mesure à sa clientèle. De la transaction à la gestion locative, BARNES déploie aujourd’hui son expertise à travers plus de 10 métiers.

BARNES rassemble plus de 800 collaborateurs, tous experts et engagés, répartis dans plus de 15 pays et 85 bureaux. La promesse de BARNES réside dans la détention de biens immobiliers raffinés parmi les plus grandes capitales internationales et lieux de villégiature.

Véritable entreprise familiale, BARNES transmets à ses collaborateurs ses valeurs essentielles que sont l’excellence, le respect et son savoir-faire à la française.

Pourquoi êtes-vous venu vous installer à New-York ?

New York a toujours été un marché prioritaire considéré par notre clientèle, que ce soit pour un pied-à-terre ou un investissement. New York était simplement la suite logique de développement de notre bureau BARNES.

Quel conseil donneriez-vous à ceux qui souhaitent s’installer à New York?

S’installer à New York est un projet de vie aussi excitant qu’il peut être difficile… Mon conseil serait de toujours être accompagné par des experts dans chaque domaines lié à un projet d’expatriation : comptable, avocat, agent immobilier…

New York et vous…

Qu’est-ce qui vous plaît à New-York ?

New York est une terre d’opportunité. C’est une ville en mutation constante où tout est possible lorsqu’on a l’ambition et qu’on fournit les efforts nécessaires à cette ambition.

C’est aussi la capitale du monde où tout type de cultures et profils sont présents et participent à faire de New York une ville d’une richesse incomparable.

Quel est votre quartier préféré à NY City ou autour ?

J’aime beaucoup Williamsburg, qui a su se redessiner et se repenser entièrement au cours des 15 dernières années.

Les États-Unis et vous?

Qu’est-ce qui vous plaît aux Etats-Unis ?

Ce qui me plait le plus aux Etats-Unis est cette culture de l’entrepreneuriat et de l’acceptation de l’autre.

fr_FRFrench
Consentement aux cookies avec une vraie bannière de cookies