« Quartiers de New York » : À la découverte de Turtle Bay

Propos recueillis par Rachel Brunet, directrice et rédactrice en chef du Petit Journal New York

Bienvenue dans notre dossier éditorial « Quartiers de New York » présenté par BARNES New York. Nous vous invitons régulièrement à découvrir les différents quartiers de la ville, dans les yeux de francophones qui y sont installés. Ils racontent leur quartier, avec leurs mots, leurs goûts, leurs habitudes. Aujourd’hui, nous découvrons, et nous nous promenons à Turtle Bay — un quartier situé à Midtown East, avec Lidia Del Pozo, senior business development officer, VP chez Bank of the West BNP Paribas Wealth Management. Elle nous raconte ce quartier qu’elle habite depuis plus d’un an avec sa famille.

Lidia Del Pozo dans son appartement de Turtle Bay, LePetitJournal.com

Lepetitjournal.com New York: Vous habitez le quartier de Turtle Bay. Qu’est-ce qui vous a séduit dans ce quartier ?

Si j’ai décidé d’habiter ici ce n’est pas pour le quartier en lui-même, mais surtout par rapport à sa situation géographique dans Manhattan. Avant de nous installer à New York, avec mon mari et ma fille, nous avons pris seulement cinq jours pour décider du quartier et de l’appartement où nous vivrions. Le quartier de Turtle Bay s’est imposé à nous par sa situation centrale dans la ville. Nous avons pensé, de cette manière, que nous serions proches de tous les centres d’intérêts de la ville. L’autre raison, qui a conforté notre choix, a été la proximité de mon lieu de travail. En effet, je travaille pour BNP Paribas Wealth Management qui se situe aussi Midtown, et donc à quelques rues seulement.

Pouvez-vous nous raconter la vie de ce quartier qui compte le siège des Nations Unies, l’ambiance ? Ce qui le fait vivre, ce qui l’anime ?

Je dirais que ce quartier n'a pas qu'une seule identité. Je ne pourrais pas dire s'il s'agit uniquement d'un quartier résidentiel ou d'un quartier de bureaux ou d'un quartier des ambassades. Turtle Bay c'est un peu tout à la fois: il y a simultanément une vie de quartier, avec ses petits commerces de proximité, ses petits bars et restaurants, ses crèches, ses aires de jeux, mais aussi un quartier de bureaux, donc très animé du lundi au vendredi, avec un beaucoup de monde dans les rues très tôt le matin et pendant les pauses déjeuner. Et dans ce paysage mixte se trouve le siège des Nations Unies et quelques ambassades qui gravitent autour de ce majestueux édifice, le plus beau de la ville, à mon avis. Evidemment, lors des Assemblées Générales, le quartier prend un nouveau visage. Le quartier est alors sous protection très stricte et devient un peu verrouillé et paralysé. Ces quelques jours ne sont pas très agréables mais pas invivables non plus. L'organisation est assez impressionnante!

Et puis c’est excitant ! Ce qui rend ce quartier extrêmement vivant et international.

Une rue de Turtle Bay, LePetitJournal.com

Vous habitez près des Nations Unies où le français y est l’une des langues de travail. Entend-on beaucoup la langue de Molière dans les rues de Turtle Bay ?

Oui, en effet, le français est une langue que l'on entend très régulièrement sur les trottoirs, entre deux collègues qui se rendent à leur bureau aux Nations Unies, que l'on peut facilement identifier dans la rue car ils portent très souvent leur badge d'accès au bâtiment autour de leur cou; ou les familles que je rencontre lorsque je vais à la cour de récréation avec ma fille, par exemple. Il y a beaucoup de francophones à Turtle Bay. Pour donner un exemple assez représentatif, à la crèche ma fille fréquente, dans sa classe, sur 10 élèves, 4 sont issus de familles francophones! Pouvoir parler français est bien sûr très pratique, surtout au début, et toujours un bon moyen de créer de nouvelles relations très rapidement, même si cela me fait moins pratiquer mon anglais.

Vos endroits préférés, vos bonnes adresses ou peut-être même vos habitudes ?

L'un de mes endroits préférés dans mon quartier est probablement le Grand Central Market, qui se situe dans l’enceinte même de la gare de Grand Central. C’est une seule allée où l’on trouve une succession de petits commerçants qui proposent des produits frais et de bonne qualité. Malgré le fait qu’il soit indoor, l’ambiance est proche de celle d’un marché traditionnel et les commerçants y sont charmants. Ce que j’apprécie avant tout dans ce quartier, c’est le fait qu’il soit au bord de l’East River. J’ai la chance d’avoir une jolie vue sur la rivière depuis mon appartement et de pouvoir assister à des levers de soleil vraiment très beaux. De simples promenades au bord de la rivière sont vraiment très agréables et un peu dépaysantes.

Est-ce que c’est un quartier que vous conseillez à ceux qui veulent acheter ou louer ?

Je ne suis pas experte du marché de l’immobilier, en revanche ce que je peux dire intuitivement pour ce qui est de la location, oui c’est un quartier que je recommande, car il fait bon vivre et comme je l’ai déjà évoqué, c’est quartier idéalement situé à Manhattan pour découvrir la ville.. Parmi les autres raisons, la proximité avec la rivière, le côté sécuritaire de par la présence du quartier général des Nations Unies et enfin, le côté très cosmopolite. Pour ce qui est de l’achat d’un bien, j’évoquerais les mêmes motivations avec en plus le fait que c’est un quartier assez prisé par les expatriés travaillant aux Nations Unies, donc avec une certaine demande sur le marché.

Si vous deviez décrire Turtle Bay en trois mots? 

Si je devais décrire Turtle Bay en trois mots, je dirais que c'est un quartier animé, un quartier très cosmopolite et donc propice aux rencontres et un quartier aux multiples facettes où se mêlent vie personnelle et professionnelle.

acheter-appartement-luxe-vue-manhattan
Vue aérienne des toits de Manhattan au coucher du soleil, New York City

Paroles d'Experts - Turtle Bay

Marché locatif :

En Mars 2021, le loyer médian d’un appartement à Turtle Bay était de $2,200 pour un studio (-40% sur un an), $3,200 pour une chambre (flat) $4,000 pour deux chambres (-20%) et $6,200 pour trois chambres (+24%).

Marché de la vente :

À la fin du 4e trimestre 2020, sur l’ensemble de Turtle Bay, le prix médian de vente demandé par les vendeurs se situait à $950k (quand la moyenne de Manhattan est à $1M) affichant une augmentation significative de l’ordre de 20% sur un an avec $1,207 / square foot et une soixantaine de transactions sur le trimestre.

Propos recueillis par Rachel Brunet, directrice et rédactrice en chef du Petit Journal New York

Consulter l'article dans Le Petit Journal New York

Acheter un appartement à New York sans payer ni charges ni taxes foncières pendant 10 ans ? C’est possible !

S’installer à New York est un projet de vie qui peut parfois être aussi excitant qu’effrayant. S’accompagner d’un expert de l’immobilier est un vrai gage de réussite. C’est la raison pour laquelle BARNES est toujours très attentif aux opportunités que le marché new-yorkais peut offrir à sa clientèle d’investisseurs ou à la recherche du bon deal. Grâce à son réseau, BARNES peut vous aider à investir dans un appartement à New York sans charge ni taxe mensuelle pendant plusieurs années… voire jusqu’à 10 ans !

Il est important de savoir qu’à New York, chaque propriétaire d’un condo doit payer chaque mois les charges de copropriété (ou “common charges”).

Ces frais sont souvent payés mensuellement à l’immeuble et correspondent aux frais de fonctionnement de ce dernier qui souvent offrira à ses résidents une salle de gym, un doorman, une piscine, l’entretien des parties communes, etc. Plus il y a de services et plus le coût augmente.

Ainsi, à Manhattan, ces charges sont en moyennes de 1.30$/sq ft soit 14$/m2. Autrement dit, pour un appartement de 90 m2, il faut compter 15 600$/an.

À ces charges de l’immeuble, s’ajoute aussi la taxe foncière (“Real Estate Tax”) qui peut varier d’un immeuble à l’autre mais qui sera en moyenne proche des 1.20$/sqft (13$/m2). Soit 14 400$ pour un appartement de 90 m².

Ces charges et taxes mensuelles, communément appelés “Carrying cost” peuvent donc représenter environs 30 000$ par an, ou encore 150 000$ sur 5 ans, ce qui n’est pas négligeable… Heureusement, il est possible de réduire considérablement ces coûts, voire d’en être entièrement dispensés !

Concernant la taxe foncière, il faut savoir en effet que certains immeubles bénéficient de programmes d’abattements de cet impôt, grâce au “421-A”, attribué par la ville de New York aux immeubles remplissant un certain nombres de critères.

Cet abattement dure habituellement 10 ans, mais peut dans certains cas durer 15 ou 25 ans, notamment lorsque la ville veut inciter les promoteurs à construire sur certaines zones ou certains types d’immeubles. Le mécanisme est progressif avec une exonération totale les premières années (jusqu’à 12 ans après la livraison de l’immeuble) puis une augmentation graduée de la Real Estate Tax jusqu’à expiration du programme.

À noter que le 421-A bénéficie à l’immeuble dans son ensemble, et non à un promoteur ou à un propriétaire, ce qui est une aide précieuse à la revente.

Par exemple, si vous achetez un appartement dans un immeuble à abattement fiscal la première année et que vous le vendez la septième année, votre acheteur bénéficiera à son tour des trois années restantes d’impôts réduits puisque l’abattement demeure avec le bien, et non avec son propriétaire.

BARNES peut aussi vous conseiller certains immeubles qui cumulent bénéfice du 421-A et exonération de charges de copropriété, ce qui a pour conséquence d’avoir un “carrying cost” de… 0$ !

En effet, quelques condominiums à NYC proposent le paiement de vos charges par le promoteur, dès lors que certaines conditions sont remplies. Ainsi, on peut exempt de payer les charges d’un 1 Bedroom pendant 5 ans, ou encore 10 ans pour un 3 Bedroom! Et dans le même temps, bénéficier de toutes les nombreuses prestations de qualité de l’immeuble.

Dans ce contexte, BARNES New York peut permettre à ses clients de profiter de ces opportunités et d'optimiser leur investissement. Grâce entre autres à une parfaite connaissance du marché immobilier new-yorkais, aux conseils de nos experts permettant les meilleures négociations ainsi qu'aux relations commerciales privilégiées entretenues avec les promoteurs les plus réputés.

Cerise sur le gâteau : la commission du broker de l’acquéreur est payée par le vendeur, quand bien même ce sont bien les intérêts de l’acheteur qui auront été défendus dans la négociation!

Retrouvez l’article sur French District

Un réseau international intégré pour des solutions sur-mesure

Un entretien avec Christophe Bourreau, directeur de BARNES New York.

De premier plan dans l’immobilier international de luxe, BARNES accompagne ses clients en Floride depuis 2002. J’ai rejoins BARNES en 2008 dans le but de promouvoir le marché américain en France. En juin 2009, je suis devenu directeur de Barnes à Miami, une société de premier plan dans l’industrie internationale de l’immobilier de luxe. Barnes est présent dans la grande pomme depuis 2009, New York étant un marché prioritaire pour notre clientèle. Je suis devenu directeur de BARNES NY en 2011. Depuis, nous conseillons acquéreurs et vendeurs dans leurs projets immobiliers principalement à Manhattan et Brooklyn.

Vous et votre société

Quels services, quels produits, quelle activité ?

BARNES vous accompagne dans l’intégralité de vos projets en proposant l’ensemble des services indispensables à la réalisation d’une parfaite acquisition, du montage juridique à la décoration finale en passant par le financement, les formalités internationales, la domiciliation, les assurances, la gestion locative, etc.

Quel est l’esprit, la culture de votre entreprise ? Qu’est-ce qui la caractérise ?

Depuis sa création en 1995, BARNES réinvente l’immobilier de luxe et propose un réseau international intégré de façon à offrir des solutions sur-mesure à sa clientèle. De la transaction à la gestion locative, BARNES déploie aujourd’hui son expertise à travers plus de 10 métiers.

BARNES rassemble plus de 800 collaborateurs, tous experts et engagés, répartis dans plus de 15 pays et 85 bureaux. La promesse de BARNES réside dans la détention de biens immobiliers raffinés parmi les plus grandes capitales internationales et lieux de villégiature.

Véritable entreprise familiale, BARNES transmets à ses collaborateurs ses valeurs essentielles que sont l’excellence, le respect et son savoir-faire à la française.

Pourquoi êtes-vous venu vous installer à New-York ?

New York a toujours été un marché prioritaire considéré par notre clientèle, que ce soit pour un pied-à-terre ou un investissement. New York était simplement la suite logique de développement de notre bureau BARNES.

Quel conseil donneriez-vous à ceux qui souhaitent s’installer à New York?

S’installer à New York est un projet de vie aussi excitant qu’il peut être difficile… Mon conseil serait de toujours être accompagné par des experts dans chaque domaines lié à un projet d’expatriation : comptable, avocat, agent immobilier…

New York et vous…

Qu’est-ce qui vous plaît à New-York ?

New York est une terre d’opportunité. C’est une ville en mutation constante où tout est possible lorsqu’on a l’ambition et qu’on fournit les efforts nécessaires à cette ambition.

C’est aussi la capitale du monde où tout type de cultures et profils sont présents et participent à faire de New York une ville d’une richesse incomparable.

Quel est votre quartier préféré à NY City ou autour ?

J’aime beaucoup Williamsburg, qui a su se redessiner et se repenser entièrement au cours des 15 dernières années.

Les États-Unis et vous?

Qu’est-ce qui vous plaît aux Etats-Unis ?

Ce qui me plait le plus aux Etats-Unis est cette culture de l’entrepreneuriat et de l’acceptation de l’autre.

fr_FRFrench