« Quartiers de New York » : À la découverte du West Village avec Pauline Lévêque

Propos recueillis par Rachel Brunet, directrice et rédactrice en chef du Petit Journal New York

Bienvenue dans notre projet « Quartiers de New York » présenté par BARNES New York. Nous vous invitons régulièrement à découvrir les différents quartiers de la ville, dans les yeux de francophones qui y sont installés. Ils racontent leur quartier, avec leurs mots, leurs goûts, leurs habitudes. Aujourd’hui, nous découvrons, et nous nous promenons dans le West Village, en compagnie de l’illustratrice Pauline Lévêque. Avec son époux, l’écrivain Marc Levy et leurs deux enfants, elle est installée dans ce quartier de l’Ouest de Manhattan depuis douze ans. L’artiste, qui expose les 11, 12 et 13 novembre à Brooklyn, nous fait découvrir son quartier, avec ses ses inspirations et ses habitudes. Et sans nul doute, ses joies quotidiennes…

Lepetitjournal.com New York : Vous habitez West Village. Vous habitez le West Village. Qu’est-ce qui vous a séduit dans ce quartier ?

Pauline Lévêque: Avant de nous installer dans le Village, mon mari et moi vivions à Londres. Il y a un côté anglais, vert et calme dans ce quartier, mais ici le ciel est bleu presque tous les jours. Les rues sont charmantes, les brownstones superbes, et on ne sent pas trop la frénésie new-yorkaise. C’est un petit havre de paix en plein cœur de Manhattan.

Pouvez-vous nous raconter la vie de ce quartier, l’ambiance ? Ce qui le fait vivre, ce qui l’anime ?

C’est vraiment une vie de village. On connaît ses voisins, le livreur UPS, les commerçants, les petits vieux du quartier, l’aquarelliste qui dessine les coins de rue, le violoncelliste qui joue les mêmes airs depuis douze ans, le vendeur de cigarettes, le promeneur de chiens... Et on en trouve un paquet de chiens ! Presqu’autant que d’enfants ! C’est très joyeux et cordial de se promener dans les rues du Village. Mais selon les festivités, comme avec la parade d’Halloween, il n’est pas rare de croiser des personnalités extravagantes, joyeuses ou effrayantes. Les boutiques de Bleecker Street ont beaucoup souffert de la pandémie, mais comme le reste de la ville, on sent un souffle nouveau et on découvre de nouvelles enseignes. Les restaurants se sont tous installés sur les trottoirs et dans les rues, ce qui donne un côté « bistrot » européen.

Vous êtes une maman. Comment est la vie avec des enfants et en famille dans le West Village ? Y a-t-il beaucoup de familles ?

Oui beaucoup. Mes enfants vont tous les deux dans un établissement scolaire du quartier et la majorité de leurs copains vivent autour. Nous allons à l’école à pied ou en trottinette, nous retrouvons des amis en route. C’est facile aussi pour les playdates de dernière minute et les tours au playground. Nous nous sentons très en sécurité dans le Village. C’est un quartier très « kids-friendly ». Pour preuve, le camion du marchand de glaces fait sa ronde quotidienne presque toute l’année !

Vous êtes une artiste. Pouvez-vous nous faire découvrir ce quartier avec vos mots ? Est-ce que c’est un quartier qui vous inspire ?

Énormément. Les perspectives des rues cernées d’arbres, les allées de townhouses, la vue depuis les bords de la Hudson river… Le quartier est assez peu élevé, comparé au reste de la ville, je peux donc voir le ciel à chaque promenade, regarder les toits des petits immeubles avec leurs châteaux d’eau, m’amuser des graffitis, et voir la Freedom Tower trôner au bout de la 7e avenue.

Est-ce que vous pouvez nous décrire l’endroit où vous habitez, ce qui vous a séduit, ce que vous aimez dans votre maison ?

Le village ne ressemble à aucune autre partie de Manhattan. Contrairement au reste de la ville, les rues ne sont pas numérotées, mais portent des noms. Avant de vivre ici, je me perdais toujours dans ce quartier, et j’avais un faible pour le coin de Perry Street et W4th. J’ai la chance d’habiter à deux pas de cet angle qui me faisait rêver. Et je ne m’en lasse toujours pas.

En tant qu’Européenne, trouvez-vous un petit côté européen à ce quartier de par les habitants, les boutiques, les écoles ?

Complètement ! Je pense que la grande majorité des habitants du West Village sont américains, mais le quartier a vraiment un air d’Europe. D’ailleurs, Diptyque, Sandro, Maje, Bash se trouvent sur Bleecker Street. Les écoles sont à taille humaine.

Vos endroits préférés du West Village ?

Le long de la Hudson River, la boutique de vêtements pour enfants « Pink Chicken » sur Bleecker Street, les restaurants « Mary’s fish camp », « La Sevilla », « Buvette », « Bobo », « Nami Nori », « En Japenese »… Gay street, Morton et Bedford Street, St Luke’s place… Smalls jazz club sur W10th. Etc etc !

Est-ce que c’est un quartier que vous conseillez à ceux qui veulent acheter ou louer ?

Bien sûr. West village est un quartier cher, mais si vous le pouvez, c’est pour moi le quartier le plus agréable où vivre.

Si vous deviez décrire le West Village en trois mots ?

Charme. Calme. Village !

Parole d’experts - West Village

Marché locatif à West Village : Au troisième trimestre 2021, le loyer médian d'un appartement à West Village était de $3,000 pour un studio $3,000, $4,000 pour un 1 bedroom et de $5,500 pour un 2 bedroom.

Marché de la vente à West Village : Au troisième trimestre 2021, sur l’ensemble du West Village, le prix médian de vente demandé par les vendeurs est de $2,100 / sqft.

Propos recueillis par Rachel Brunet, directrice et rédactrice en chef du Petit Journal New York

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fr_FRFrench
Consentement aux cookies avec une vraie bannière de cookies