« Quartiers de New York » : À la découverte d’Harlem

Propos recueillis par Rachel Brunet, directrice et rédactrice en chef du Petit Journal New York

Bienvenue dans notre dossier éditorial « Quartiers de New York » présenté par BARNES New York. Nous vous invitons, régulièrement, à visiter les différents quartiers de la ville dans les yeux des francophones qui y sont installés. Ils racontent leur quartier, avec leurs mots, leurs goûts, leurs habitudes. Aujourd’hui, nous découvrons Harlem, quartier historique au North Manhattan, avec Sophie Thuault-RestituitoChief of Staff au Herbert et Florence Irving Institute for Cancer Dynamics de Columbia University. Tropézienne d’origine, installée à New York depuis 2004, elle vit depuis 8 ans à West Harlem avec son mari et leurs deux enfants.

Vous habitez le quartier d'Harlem. Qu'est-ce qui vous a séduit dans ce quartier ?

J'ai été séduite par plusieurs choses. Tout d'abord la diversité. On y trouve un mélange d'Afro-Américains, d'Africains francophones et d’Européens et tout le monde cohabite. C'est également très familial et très communautaire. Il nous arrive fréquemment de rencontrer quelqu'un que l'on connaît sur le retour de l'école. C'est aussi très calme et vert, proche de Morningside Park ou de Central Park. Il y aussi plusieurs autres parcs dans Harlem comme Saint Nicolas Park, Jackie Robinson Park ou Marcus Garvey Park. La circulation est moins dense qu'au niveau de midtown et on peut facilement se promener à vélo. Le "commute" est facile avec plusieurs lignes de métro et de bus.

Pouvez-vous nous raconter la vie de ce quartier, l'ambiance ?

C'est un quartier très animé. Des gens de différentes cultures et milieux sociaux se côtoient. Le quartier regorge de petits restos, de cafés, de supermarchés. On y trouve aussi plusieurs générations : des jeunes femmes Afro-Américaines qui sortent dans les bars en groupes, des familles qui font des barbecues ou des pique-niques dans Morningside Park, des ados qui se retrouvent dans le parc.


Qu'est-ce qui le fait vivre, qu'est-ce qui l'anime ?

Les gens qui vont dans les restaurants, les cafés et les bars, mais aussi les enfants qui vont aux playgrounds dans le parc ou encore les gens qui font leur footing ou promènent leur chien.

Vous êtes maman. Comment est la vie avec des enfants à Harlem ?

C'est très facile parce qu'on trouve beaucoup de choses à proximité et le quartier est suffisamment sûr pour que les enfants soient indépendants rapidement. Mes enfants vont seuls à Morningside Park ou Central Park retrouver leurs copains et vont aussi seuls à l'école. Un de mes enfants va dans une école bilingue de l'Upper West Side et fait les trajets avec une de ses copines en métro. Il y a beaucoup de familles qui font le même trajet, donc ils se retrouvent avec les autres enfants et marchent ensemble. Ma fille aînée va dans un lycée d’East Harlem. Elle fait aussi les trajets avec des copains en bus. Il y a aussi plusieurs crèches dans le quartier.

Mes deux enfants prennent tous les deux des cours de taekwondo à West Side Taekwondo, qui est a un bloc de chez nous où ils retrouvent, de nouveau, les enfants du quartier. Ma fille joue dans un club de football, West Side Soccer League, et elle va à ses entraînements la plupart du temps seule dans l'Upper West Side.

On se déplace souvent à pied, trottinette ou vélo. Les transports en commun sont aussi très pratiques. On a plusieurs lignes de métro et de bus. Et personnellement, j'adore la proximité avec mon travail et mon trajet de 10 minutes à pied, puisque je travaille au Campus de Morningside de Columbia.

Est-ce que c'est un quartier familial ?

C'est un quartier très familial et très communautaire. C'est ce que j'adore. ! Tout le monde s'entraide. On sympathise avec des nouvelles familles dans le parc. On retrouve d'autres familles de l'école bilingue pour un pique-nique ou une playdate dans le parc.

Pouvez vous nous faire découvrir ce quartier avec vos mots ?

Des brownstones ou petits immeubles bas, des petits commerces locaux, des restaurants et cafés, une diversité culturelle et économique, des parcs remplis d'enfants.

Est-ce que vous retrouvez un petit côté Européen à ce quartier de par les habitants, les boutiques, les écoles ?

Oui, beaucoup de familles du quartier vont à l'école bilingue de PS 84, ou Lafayette Academy, dans l'Upper West Side. Ou encore à NYFACS. Il y a aussi plusieurs restaurants italiens et un très très bon Café Caféine qui propose des croissants et pains au chocolat dignes de ceux que l’on trouve en France. Il y a énormément de petits commerces locaux...

Vos endroits préférés à Harlem ?

Il y en a tellement ! Plusieurs restaurants tels que Lido et Vinateria, deux restaurants italiens, Row House, plutôt américain, Maison Harlem, où on peut manger du couscous ! Sylvana, cuisine du Moyen-Orient, qui accueille aussi des concerts le soir. Melba, pour la soul cuisine, Harlem Burger, Cantina Taqueria pour ses tacos et margaritas, le café Caféine avec un très bon capuccino et ses fameux croissants et pains au chocolat, Levain Bakery, avec ses cookies réputés, Les Ambassades, pâtisserie franco-africaine, Bagel O pour ses bagels faits sous nos yeux, la Winery, sur la 116e rue qui a une sélection de vins à très bon prix, les delis, Amrita, sur la 110e rue et Central Park West, une petite brasserie très cozy, super bonne et pas chère, le loueur de vélo juste à côté, le hardware store sur Frederick Douglass Boulevard. Il y a également des restaurants très sympas un peu plus loin dans Central Harlem comme Harlem Shake, Barawine, Sottocasa... Et tous les nouveaux endroits qui continuent d'ouvrir !

Est-ce que c’est un quartier que vous conseillez à ceux qui veulent acheter ou louer ?

Oui ! Nous y vivons depuis 8 ans et la pandémie ne nous a pas délogé ! On reste !

Si vous deviez décrire Harlem en 3 mots?

Diversité, communauté et parc.

Parole d’experts - Harlem

MARCHÉ LOCATIF:

Il est souvent moins cher de louer son appartement à Harlem que plus au Sud de Manhattan. En moyenne, il faut compter $2900 (ou $2,300 sans doorman), soit une baisse de l’ordre de 5% sur un an. Dans les immeubles disposant d’un doorman, le studio trouve en moyenne preneur à $2,450 mensuel, le 1 bedroom à $2,950 ($4,000 moyenne Manhattan), le 2 Bedroom à $3,950 (contre $5,800 en moyenne à Manhattan)

MARCHÉ DE LA VENTE:

Au 2e trimestre 2020, le prix médian de vente se situait à $685,000 en baisse de 25% par rapport à l’année dernière, effet Covid oblige. Il y a eu un total de 66 transactions, soit une baisse de plus de 50% par rapport au deuxième trimestre de l'année dernière. Le prix médian par pied carré était de $828, ce qui reste malgré tout une valeur proche de celle de 2019. Fin Juin 2020, pour rappel, le prix de vente médian à Manhattan était de $989,000.

Propos recueillis par Rachel Brunet, directrice et rédactrice en chef du Petit Journal New York

Consulter l'article dans Le Petit Journal New York

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fr_FRFrench
Consentement aux cookies avec une vraie bannière de cookies