Vendre son logement quand on divorce : quelles sont les démarches ?

Par Myriam Benhamou,

L’une des difficiles conséquences d’un divorce est qu’il faut souvent vendre le domicile familial. Bien sûr, un logement se vend souvent et pour des raisons variées – par exemple, le besoin ou le désir d’acheter plus grand ou plus petit, ou encore de changer de quartier ou de ville – et bien que ces événements puissent assurément être une cause d’anxiété et de trépidation, on peut généralement assumer que les vendeurs vivront relativement bien cet évènement et que la plupart attendront même avec impatience de déménager dans leur prochaine maison. Mais lorsque la motivation est un divorce, la situation risque d’être tout à fait différente, et à moins que le divorce ne soit à l’amiable, il y a de fortes chances pour que la vente soit beaucoup plus difficile.

Pour mieux comprendre la situation, il faut préalablement parler de l’importance du domicile familial avant de définir les défis que peuvent apporter la vente du domicile, pour enfin commenter sur la façon de relever ces défis et l’atout que peut représenter un agent immobilier spécialisé dans le divorce.

L’importance du domicile familial

Pour commencer, le domicile est un actif aux significations variées pour les parties concernées et qui se compliquent quand il y a des enfants qui vivent encore à la maison.

  • Il y a d’abord l’aspect affectif – le domicile contient des souvenirs et pour beaucoup, des souvenirs d’une époque plus heureuse où les époux pouvaient développer leurs rêves et faire des projets ensemble pour l’avenir. Il a été, entre autres, le témoin des premiers pas du bébé, des fêtes d’anniversaire ou des dîners de fête en famille. Et même si les souvenirs heureux peuvent s’être progressivement transformés en mauvais souvenirs (parfois même en cauchemars), il est néanmoins souvent difficile d’accepter de devoir quitter le domicile, et c’est souvent à cause de ce que le domicile familial représente traditionnellement.
  • En effet, le domicile familial est généralement synonyme de stabilité, de sécurité (en particulier pour les enfants) et pour certains, même de statut social. 
    • Il permet de délimiter le périmètre familial et donner un appui aux membres de la famille.
    • Il contribue au sentiment d’appartenance et à la notion d’identité.
    • C’est un sanctuaire qui protège notre intimité et qui abrite tout ce qui nous tient à cœur et auquel nous sommes attachés (que ce soient personnes, effets personnels ou souvenirs).
    • Enfin, il préserve le lien familial et social et c’est donc l’endroit où les enfants sont censés s’épanouir. 

Pour le conjoint qui est forcé de quitter le foyer, cela peut avoir des conséquences catastrophiques ; conséquences souvent amplifiées dans le cadre des « divorce gris » où les couples se séparent sur le tard, après plusieurs décennies passées ensemble. Ces divorces sont difficiles pour les deux parties, mais malheureusement, souvent encore plus pour les femmes que les hommes, et peuvent porter un coup dur aux finances des deux époux. Il est en effet plus difficile de se reconstruire financièrement pour des raisons évidentes ayant trait à l’âge et au fait qu’il ne reste plus autant de temps pour trouver du travail ou continuer à travailler. De même, l’un des conjoints peut ne pas avoir eu le même progrès de carrière ou le même potentiel de gains. Il en résulte que le parcours de vie d’un ou des deux conjoints va souvent être complétement perturbé.

Alors, quels sont les défis ?

Les défis

Ils sont nombreux et présents à chaque étape de la transaction.

  • Motivation.  Les motivations des conjoints et ce qu’ils attendent de la vente peuvent être complètement différentes. Prenons le cas du conjoint qui veut vendre au plus vite (et donc pas forcément au plus haut prix) pour pouvoir recommencer sa vie avec la personne qu’il ou elle a déjà rencontré. Pour l’autre conjoint cependant, le divorce veut dire que ce conjoint va devoir quitter son appartement pour un autre et plus le prix de vente du domicile familial est élevé plus les chances de ce conjoint de trouver un appartement décent augmentent.
  • Accord de vente exclusif. Si les deux conjoints sont sur le titre de propriété, les conjoints doivent tous deux signer l’accord exclusif de vente avec l’agent immobilier - ce qui signifie que l’agent représentera les deux parties, dans une situation qui peut être très conflictuelle.  
  • Manque de coopération. Représenter un couple peut être difficile dans le meilleur des cas, mais au moins les époux ont un objectif commun : vendre le domicile pour le meilleur prix possible et il est donc raisonnable d’anticiper pouvoir trouver un commun accord ; mais ici les objectifs sont différents, les motivations sont différentes et surtout la vente aura des conséquences qui peuvent être radicalement différentes pour chaque partie. Il y a donc de fortes chances pour que les parties prennent des décisions séparément et arrivent à une décision conflictuelle sur à peu près tout et n’importe quoi.
  • Prix de vente. Avant de pouvoir signer le contrat d’exclusivité avec l’agent immobilier, les parties doivent convenir du prix de vente. Plusieurs scénarios peuvent se présenter : une partie est très attachée émotionnellement à la maison et pense qu’elle vaut beaucoup plus qu’en réalité ; ou bien une partie peut vouloir obtenir le plus d’argent possible parce qu’il ou elle en a besoin pour l’après divorce car son avenir financier peut dépendre du montant qu’il ou elle tirera de la vente ; ou bien les parties en sont arrivées tout simplement à se détester et ne veulent pas coopérer. Cela peut conduire à des combats acharnés entre les époux où la relation antagoniste l’emporte sur la raison.  
  • Dynamique de vente. Les parties doivent en effet également s’accorder sur des détails tel que la préparation du domicile pour la vente (par exemple désencombrer et mettre en garde-meubles, ce qui demande une certaine coopération et d’autre part, coûte de l’argent) ; les horaires acceptables pour les visites des acheteurs potentiels ; ou encore, combien dépenser pour la publicité ou le marketing.
  • Offre. Les deux parties doivent l’accepter et être en mesure de la négocier.
  • Clôture du contrat / Finalisation de la cession. Enfin, les conjoints doivent accepter et signer les documents nécessaires pour la clôture du contrat, ce qui là aussi demande une certaine coopération.

Comment relever ces défis et l’atout que peut représenter un agent immobilier spécialisé dans le divorce?

Quelle est donc la meilleure façon de relever ces défis – et pourquoi est-il important de faire appel à un agent immobilier spécialiste en divorce ? Comme il a été démontré, une vente due à un divorce ne peut pas être traitée comme une transaction régulière parce qu’il ne s’agit pas d’une transaction régulière.

  1. Pourquoi un agent immobilier spécialiste en divorce est un atout

Afin de pouvoir recevoir sa certification de « Real Estate Certified Divorce Specialist », cet agent a suivi une formation préalable qui lui permet faire face à ces défis et de reconnaître les problèmes et, généralement, les traiter avant qu’ils ne deviennent ingérables. Ce spécialiste est mieux équipé qu’un agent plus traditionnel pour assister un couple qui divorce parce qu’il ou elle a une meilleure compréhension des ramifications d’un divorce (que ce soit financières, légales, ou psychologiques) et de son impact sur la vente du domicile. L’agent peut donc apporter le soutien nécessaire au couple pendant tout le processus. 

2. Comment relever ces défis ?

Il est important de travailler avec un agent immobilier qui saura :

  • Rester neutre. L’agent doit tout d’abord se rappeler que l’agent représente les deux parties et qu’elles peuvent être très peu susceptibles de coopérer l’une avec l’autre – mais néanmoins, l’agent doit rester neutre et impartial, et doit adopter une approche diplomatique à l’égard de chaque décision (y compris savoir quand il est conseillé de donner aux parties l’espace dont elles ont besoin pour parvenir à un consensus). Ce n’est pas toujours facile car, dans certains cas, l’un des époux a déjà quitté le domicile conjugal ce qui veut dire que par nécessité (par exemple, organiser les visites) l’agent a tendance à être plus en contact avec l’un des époux que l’autre, et parfois cet époux devient progressivement plus à l’aise et peut se laisser aller à quelques confidences qui peuvent impacter la neutralité de la représentation.
  • Communiquer. L’agent doit expliquer très clairement comment il ou elle a l’intention de communiquer avec les deux parties (en gardant à l’esprit que les deux doivent être tenues au courant en tout temps et de la même manière).
  • Se fier aux faits. Décider de la valeur du domicile peut être difficile car les parties ont souvent des idées très différentes sur la valeur du domicile en question. L’agent doit proposer un prix de vente qui est clairement ancré dans la réalité. Il ou elle devra donc préparer une évaluation détaillée, étayée par des faits et où l’agent devra en effet démontrer en détail les ventes comparables antérieures pour faire comprendre que le prix proposé est conforme au marché. C’est également une façon de retirer l’aspect affectif de l’équation.
  • Rester flexible. L’agent doit savoir rester flexible (et patient !). Certains conjoints, en effet, deviennent de véritable maîtres dans l’art de retarder la vente.

Myriam Benhamou, agent immobilier agréée et spécialiste agréée du divorce en immobilier, est à votre disposition, toujours impatiente de répondre à vos besoins en matière de logement et de protéger votre meilleur intérêt. Contactez BARNES New York ci-dessous pour nous communiquer vos besoins.

Nous contacter

BARNES International fait découvrir l'Art de Vivre à la française aux États-Unis

Lire l'article ici

BARNES International est en pleine expansion, après avoir été présent aux États-Unis pendant plus d'une décennie. Avec des bureaux à New York et Miami, BARNES est en passe d'ouvrir une toute nouvelle agence à Larchmont, au nord de New York.

BARNES, acteur majeur de l'immobilier résidentiel haut de gamme et ambassadeur de l'Art de Vivre, accompagne ses clients dans toutes les dimensions de leurs ambitions de vie. Découvrez l'un des groupes immobiliers de luxe internationaux les plus reconnus et les plus fiables au monde, établi dans toute la région de New York, avec une présence importante dans le Westchester et les Hamptons, aussi bien qu'à Miami. À terme, l'objectif de BARNES sera de se développer dans les Hamptons et Greenwich, Connecticut.

Établi avec plus de 100 bureaux dans environ 20 pays, y compris les plus grandes villes internationales et les principales destinations de vacances, BARNES propose une sélection exclusive de propriétés haut de gamme en Europe, aux États-Unis, au Moyen-Orient, dans l'océan Indien et dans les Caraïbes. Des hôtels haut de gamme du monde entier, châteaux emblématiquespropriétés équestresvignobles dans les plus grands domaines viticoles et un service de conseil en art, BARNES propose une large gamme de services sur mesure qui s'adapteront aux besoins spécifiques de chaque client. Avec une équipe véritablement internationale, nous accueillons tous les clients et les accommodons dans leur langue maternelle autant que possible.

La marque propose à ses clients une expertise mondiale à travers ses services de conseil en arbitrage d'investissement pour l'immobilier international et un accompagnement de proximité sur mesure, vous assistant dans chacun de vos besoins immobiliers.

G&O ART Installation at BARNES New York

Œuvres d'Art installées à BARNES New York en partenariat avec G&O ART

BARNES New York est fier d’annoncer son partenariat avec l’agence de promotion artistique G&O ART, dont résulte l’installation de dix œuvres d’art remarquables mises en valeur dans les bureaux de BARNES New York au cœur de Manhattan.

Vous pourrez y découvrir la photographie conceptuelle aux rayons X du photographe David Arky, des images façon nature morte saisissantes et innovantes offrant une nouvelle perspective sur de nombreux aspects et détails de notre vie quotidienne. La découverte de contours et de textures encore jamais examinés à l’œil nu révèle un monde secret et intime qui fascinait l’artiste. Une véritable vie intérieure est dévoilée de par la nature de la photographie aux rayons X et dans les actions et mouvements des sujets. Les petits objets statiques du quotidien semble s’animer et s’humaniser, tels des personnages prenant vie.

Vous aurez également un aperçu du travail de Christine Robion, son style graphique sophistiqué et sa technique de peinture unique, liés à des récits profondément personnels, reflet de son attitude face à la vie. Ses toiles sont inspirées de la redécouvertes de souvenirs divers, discrets et parfois anodins. Sur un cadre d’images superposées se trouvent toutes sortes de papiers: billets, lettres, journaux, fragments de notes personnelles manuscrites ou imprimées. Tous ces matériaux tirés de la vie de l’artiste deviennent le fond et la forme de l’œuvre.

Enfin, laissez-vous séduire par la photographie abstraite de VALANTIN, à mi-chemin entre photographie et peinture, entre réalité et rêve, donnant au paysage urbain une nouvelle dimension artistique. Les œuvres installées à BARNES font partie d’une série de photos prises depuis un pont surplombant le périphérique parisien. En créant des formes abstraites à l’aide de la technique de prise de vue à obturation lente, VALANTIN réussit à «sculpter» la lumière et dessiner des figures abstraites, évoquant presque des notes de musique.


G&O ART est une agence de représentation et de promotion d’artistes contemporains internationaux, source d’art unique au service des collectionneurs privés et corporatifs, des institutions et fondations internationales, des industries de l’hôtellerie et du luxe, des galeries, des marchands d’art et des musées. Basant son succès sur des solides relations de travail avec tous ses clients, G & O ART propose un large éventail d’oeuvres d’art visuelles d’artistes reconnus à l’échelle nationale et internationale ainsi que de nouveaux artistes émergents.


Art en arrière-plan avec le logo rond BARNES sur la superposition de la fenêtre.

Acteur engagé du marché de l’art depuis 2000, sous l’impulsion de sa fondatrice Heidi Barnes, BARNES Art advisory soutient les jeunes talents de la création contemporaine à travers un programme d'expositions et d'installations artistiques dans les lieux prestigieux où la maison BARNES est implantée et via des partenariats avec des événements artistiques majeurs (FIAC, PARIS PHOTO…).

En savoir plus sur BARNES Art Advisory

Nous contacter

Opportunités immobilières à New York après la pandémie

Si la pandémie de Covid-19 ne semble pas ralentir, ni reprendre comme une seconde vague selon les lieux, il y a de nombreuses leçons à tirer, près de six mois après le début des premières mesures de confinement.

D'un point de vue global, l'immobilier s'est réaffirmé comme un refuge sûr à un moment où l'activité économique se contracte et les marchés boursiers fluctuent nerveusement, à la fois comme source et comme conséquence d'une instabilité notoire.

Nous contacter pour plus d'informations

En ce qui concerne l'immobilier new-yorkais, il est intéressant de noter, une fois de plus, la très forte résilience de ce marché, qui n'a eu jusqu'ici qu'un impact limité. Bien qu'historiquement, il n'y ait eu pratiquement aucune marge de négociation, en 2019 et début 2020, nous avons vu les premiers signes d'un «marché acheteur«, C'est-à-dire qu'il était (enfin) possible de négocier un peu sur les prix demandés, à un taux de quelques pour cent selon le quartier et le bien. Depuis le deuxième trimestre, cette tendance s'est quelque peu accentuée alors que la demande s'est contractée à la suite des mesures de confinement et des restrictions sur les voyages internationaux. Le fait que dans le même temps l'inventaire a également été réduit d'environ 30% (certaines personnes ont profité de la situation pour retirer leurs marchandises du marché en prévision de jours meilleurs) a tempéré l'augmentation de cette marge de négociation; nous assistons actuellement à des réductions de prix d'environ 5% à 10% dans le premier.

En revanche, c'est un secteur particulièrement touché par les effets de la pandémie, et notamment par les restrictions aux déplacements (notamment à l'international). Ceux-ci sont nouveaux programmes qui sont principalement ciblés par des acheteurs qui ne résident pas à New York et / ou des investisseurs locatifs. De plus, ces nouveaux programmes ont des contraintes de planification et de financement beaucoup plus impactantes qu'un propriétaire individuel, et ils doivent «vendre leur inventaire» le plus rapidement possible afin d'honorer les engagements pris envers les différentes parties prenantes, y compris le financement et la réglementation.

C'est sur la base de ce constat et des récentes négociations menées par BARNES New York avec divers promoteurs, qui ont révélé des remises commerciales sans précédent, que nous recommandons désormais aux investisseurs avisés de se pencher de près sur ce secteur immobilier. Bien que cela varie selon le projet, l'inventaire et le quartier, nous sommes relativement convaincus que nous atteindrons des objectifs de négociation qui vont même au-delà du 15%. Dans certains endroits, nos clients ont même eu la chance de dépasser la remise cumulée de 25% (prix et frais de clôture concessions). Si le marché immobilier new-yorkais a historiquement, et à maintes reprises, démontré sa forte résilience et sa capacité à absorber divers chocs économiques, les remises exceptionnelles actuellement accordées (jusqu'à la normalisation de la situation sanitaire et économique dans le monde) devraient se traduire par autant de gains en valeur à court et moyen terme.

N'hésitez pas à nous contacter dès maintenant afin que nous puissions vous présenter les options les plus pertinentes aujourd'hui; ainsi que pour vous pré-inscrire au prochain webinaire que nous organiserons sur ce sujet dans les semaines à venir.

S'inscrire pour le prochain webinaire - Nouveaux développements

Last but not least, qui concerne principalement les résidents plus que les investisseurs (bien que), les mesures de confinement et les risques encourus dans les zones à forte densité ont favorisé une croissance significative du marché de l'immobilier résidentiel en proche banlieue. Toute propriété située à moins d'une heure de route de Manhattan, dans une zone de faible densité, avec un parc de maisons individuelles et une offre scolaire satisfaisante, a vu son appréciation augmenter considérablement depuis le début de l'année. On ignore encore à ce stade quel sera l'effet à long terme d'un tel exode: est-ce pour un usage secondaire (week-end, vacances) ou pour une installation permanente? Dans tout les cas, "banlieue»A un bel avenir devant lui, et cela pourrait être plus durable que la pandémie. Avec ça en tête, BARNES New York se prépare à ouvrir une agence en le Westchester, au plus près des communautés francophones de Larchmont et Mamaroneck. Bien que nous travaillions déjà sur ce projet à travers notre réseau d'agents actifs dans la région, nous mettrons à votre disposition un nouveau panel de ressources et un bureau d'ici la fin de l'année.

Nous contacter pour plus d'informations
Découvrez toutes nos nouvelles

Six Senses, BARNES, New York et Crans-Montana…

Élu pour la seconde année de rang meilleur groupe hôtelier mondial, découvrez la future et première implantation de Six Senses aux Etats-Unis, au sein du condominium new-yorkais en construction le XI. Et profitez du partenariat de BARNES avec leur site de Crans-Montana, au cœur des Alpes Suisses.

Aujourd’hui réputé pour être le meilleur groupe hôtelier de luxe au monde, Six Senses a gagné cette renommée mondiale grâce à ses valeurs, son architecture toujours en harmonie avec l’environnement local, et son service remarquable. Six Senses a pour mission de promouvoir luxe et santé personnelle, tout en étant durable ; leur vision étant d’améliorer tous les aspects de l’expérience spécifique aux besoins de chaque client, depuis le sommeil jusqu’à l’alimentation et bien évidemment le bien-être avec des spas hors du commun et un service d’accompagnement physique et spirituel personnalisé.

Six Senses est présent dans les régions les plus convoitées du monde : Maldives, Seychelles, Thaïlande, Oman, Portugal… La chaîne possède aujourd’hui 19 hôtels de par le monde et de nombreux projets d’ouvertures dans de nouvelles localisations tout aussi exceptionnelles.

New York – Le XI, future première implantation américaine de 6S

Résultats de recherche d'images pour «xi six sens nyc»Situé dans le quartier prisé de Chelsea, le XI est un projet résidentiel en condominium qui s’étendra sur un bloc entier, surplombant d’un côté l’Hudson River et de l’autre la High Line, en plein cœur de New York. Porté par le promoteur HFZ Capital Group, et conçu par le cabinet d’architecture Bjarke Ingels Group, ce projet aux deux tours (la X et la I) comprendra 247 appartements, le fameux hôtel Six Senses de 137 chambres, 8 000 m² de locaux commerciaux, un espace artistique, …

Le XI accueillera donc le tout premier hôtel Six Senses d’Amérique du Nord. Les résidents du XI pourront bénéficier des avantages et services exclusifs de l’hôtel (blanchisserie, ménage, valet, restaurants, room service, salles de conférences, expertise lifestyle et conciergerie, …) et pourront également profiter de remises commerciales dans l’ensemble des hôtels de la chaîne. Ils recevront aussi une adhésion gratuite de deux ans aux 6S Place, leur club de bien-être privé, comprenant : spa multi-services, piscine chauffée, jacuzzi, centre de fitness, sauna, hammam, salle de méditation, studio de yoga, bars à jus, espaces de coworking, lounges, …

Situé au 76 11th Ave, ce programme neuf sera livré début 2020 ; avec des prix allant de $2,350,000 pour un 1-chambre à $9,000,000 pour un 4-chambres.


Crans-Montana – Offre Barnes Suisse 6S

Résultats de recherche d'images pour «six sens crans montana»

Barnes Suisse propose la commercialisation des Résidences Six Senses de Crans-Montana, au cœur des Alpes Suisses, village enchanteur d’une nature saisissante. Il brille par l’excellence de son hôtellerie, ses grands événements sportifs, sa vie sociale et culturelle. À seulement une heure de vol des principales capitales européennes, la station bénéficie d’une accessibilité idéale. Six Senses Résidences présente une occasion exceptionnelle de devenir propriétaire d’un appartement de prestige dans le joyau des Alpes. Programme neuf livré en 2021, seulement 17 appartements sont proposés. Les propriétaires auront accès aux équipements et privilèges exclusifs du complexe 6S tout en bénéficiant de l’intimité d’une résidence secondaire privée.

Construites avec matériaux renouvelables et locaux, dans le respect des normes de consommation d’énergie et d’eau, les résidences ont une faible empreinte environnementale tout en offrant des espaces somptueux et confortables pour des vacances idéales à la montagne. Il est important de noter que le Six Senses à Crans-Montana est le seul produit immobilier de luxe que des étrangers peuvent acheter en Suisse, en maison secondaire et sans demande de résidence Suisse.


Contactez votre agence BARNES New York pour tout renseignement concernant l’offre Six Senses à New York ou Crans-Montana.

Long Island City : la niche artistique de New York

Long Island City (LIC), un quartier se trouvant dans le Queens à New York, gagne de plus en plus de popularité ces dernières années. Situé en bordure de l’East River, en face du siège des Nations Unies (Murray Hill), il est évident que Long Island City offre du coup des vues imprenables sur Manhattan. Composée de buildings, townhouses, et de nombreux espaces verts, Long Island City offre une solution tout aussi moderne et pratique que Manhattan avec nettement moins d’agitation. Idéal pour les jeunes couples ou pour les familles, Long Island City se trouve seulement à quelques encablures de Midtown Manhattan.

Autrefois un épicentre de l’industrie manufacturière, Long Island City est aujourd’hui réputé pour abriter l’une des scènes artistiques les plus passionnantes du pays. Le quartier est composé de bâtiments industriels qui ont depuis été transformés en galeries, musées, studios, restaurants, boutiques, … Le quartier ne cesse de se développer et représente aujourd’hui un excellent investissement, étant donnée la hausse des prix dans les quartiers limitrophes de Manhattan ; offrant l’avantage de vivre au calme tout en ne restant qu’à quelques stations de métro du cœur de la ville. Dans le même ordre d’idée, consultez également notre Guide BARNES sur Dumbo.

Attraction majeure de Long Island City, le MoMa PS1 est une ancienne école publique (Public School 1), qui a été rénovée et transformée en espace artistique ; elle est aujourd’hui une extension du MoMa – Museum of Modern Art – un des musées les plus reconnus de New York.

Fondé en 1971 par Alanna Heiss, originellement sous le nom de PS1 Contemporary Art Center, le site est utilisé comme studio, salle de spectacles, lieu d’exposition, et se met au service d’artistes du monde entier. Défendeur de nouvelles idées, le PS1 recherche activement les nouveaux artistes émergents, les nouveaux genres ou les nouvelles œuvres originales dans le but de soutenir l’innovation dans l’art contemporain. En 2000, le PS1 Contemporary Art Center devient un membre du Museum of Modern Art dans le but d’associer la mission contemporaine du PS1 à la force du MoMa, une des plus grandes et anciennes institution d’art contemporain à but non lucratif aux Etats-Unis. La « naissance » du MoMa PS1 contribue donc activement à cette riche scène artistique aujourd’hui présente à Long Island City. A noter que le quartier accueille également le Noguchi Museum (musée dans un grand jardin présentant le travail du sculpteur américano-japonais, Isamu Noguchi), et le Socrates Sculpture Park (grandes installations extérieures donnant sur l’East River).

Et pour parler immobilier, on ne saurait mentionner trois des nouvelles constructions les plus ambitieuses de LIC, à savoir :

  • Skyline Tower: Beaucoup de superlatifs pour ce projet immense destiné à devenir la plus haute construction du Queens, culminant à quasiment 240m d’ici 2021. Des vues superbes réparties sur 67 étages pour 802 appartements en condominium ; le projet sera le premier à dépasser le milliard de dollars de revenus. A noter une entrée privée pour la ligne de métro 7. Depuis les studios à $650,000+ jusqu’aux 3-BR à partir de $2,300,000+.
  • Hero: Projet à l’architecture remarquable, en cours de livraison à fin 2019 ; il bénéficie d’un abattement de taxe foncière (421-A). Offrant plus d’une centaine d’appartements sur 23 étages, il dispose d’une belle offre d’amenities avec de magnifiques vues sur Manhattan, dont un rooftop partagé. Depuis les studios à $600,000+ jusqu’aux 2-BR à partir de $1,100,000+.
  • Galerie: Situé directement en face du MoMa PS1, et à immédiate proximité du hub de transport Hunter’s Point, le projet a été livré l’année dernière. Il offre également une superbe suite d’amenities (dont une piscine), se plaçant sensiblement sur les mêmes prix que son concurrent Hero : depuis les studios à partir de $600,000+ jusqu’aux 3-BR à partir de $1,700,000+.

Pour tout détail et intérêt envers ces projets, n’hésitez pas à contacter vos experts BARNES New York.

Dumbo, un des quartiers les plus prisés de New York, continue son développement

Alors que Dumbo, quartier très branché et plutôt onéreux de Brooklyn, se prépare à accueillir une nouvelle vague de condos, d’immeubles de location et de bureaux, BARNES New York vous en présente un bref aperçu.
New York est habituée à la réinvention de ses quartiers ; mais les changements déjà opérés aux cours des 5 dernières années, et en cours à Dumbo, ont propulsé le quartier dans une autre dimension.

En effet, lorsque les artistes new-yorkais ont commencé à affluer dans le Brooklyn post-industriel des années 1970, ils ont découvert de nombreux entrepôts abandonnés avec des vues imprenables sur Manhattan. Aujourd’hui, ces mêmes rues abandonnées regorgent de start-ups, hôtels, restaurants branchés et boutiques de luxe, tandis que les toits des anciennes usines se sont reconvertis en rooftops avec piscine, bars et restaurants.

Depuis l’ouverture des Empires Stores en 2016 (un entrepôt transformé qui comprend un grand choix de restaurants ainsi qu’un centre commercial), la popularité de Dumbo a explosé. Soho House, chaîne d’hôtels présente partout dans le monde et offrant accès à un club privé réservé à ses seuls membres, a ouvert son dernier projet « Dumbo House » dans ce même immeuble des Empire Stores. D’autre établissements connus mondialement, tels que les restaurants Cecconi’s ou Sugarcane, ont également ouvert leurs portes à proximité. À seulement quelques blocs se trouve le 1 Hotel Brooklyn Bridge, un éco-hôtel de luxe qui abrite le restaurant haut-de-gamme Osprey. Tous ces projets commerciaux récents ont fait de Dumbo un quartier attrayant pour les résidents et les visiteurs. Mécaniquement, les développeurs ont investi et continuent d’investir énormément dans le quartier, fort du succès de ces dernières années.

BARNES New York vous présente les projets récents et à venir dans le quartier de Dumbo :

  • 98 Front Street

Condominium actuellement en construction, et prévu pour livraison au printemps 2020, le 98 Front offre une variété de 165 appartements, répartis sur 10 étages, depuis les studios à partir de $700,000, jusqu’aux 3-chambres à partir de $1,855,000. Le tout avec une très belle offre « d’amenities », incluant piscine, spa, rooftop, …

  • Front & York

Complexe mixte composé, d’une part, d’un immeuble de location, et de l’autre, de condominiums ; le tout devant totaliser environ 800 unités, avec des parties communes splendides réparties sur l’ensemble du programme. Life Fitness vient d’y signer un bail pour l’offre fitness. Les 1-BR commencent juste en-dessous du million de dollars ; et les 3-BR à partir de $2.5M. Les ventes publiques viennent juste de commencer.

  • 10 Jay Street

Briques rouges et façade de verre, 10 Jay Street a été livré l’année dernière. D’abord conçu pour des condos, 10 Jay Street s’est converti en immeuble de bureaux durant sa construction. En effet, une forte demande d’espaces de travail a émergé ces dernières années à Dumbo, particulièrement par les start-ups qui quittent le chaos de Manhattan pour la tranquillité de Dumbo.

  • 181 Front Street

Immeuble de location ouvert depuis 2018. ; il comporte 12 étages et 105 unités. Bien qu’il soit quasiment à capacité, il reste encore des unités disponibles : 1-BR à partir de $3,850, 2-BR et 3-BR au-delà de $6,000 / mois.

  • 1 John Street

Depuis l’ouverture du 1 John Street en 2016, les prix à l’achat et à la location à Dumbo sont montés en flèche. Ce micro-projet de 42 unités avait vendu la totalité de ses appartements dès son ouverture. On peut aujourd’hui y trouver quelques locations et unités à la vente (notamment un 2-BR de 1,500 sqft. pour $3M).

  • Pierhouse at Brooklyn Bridge Park

Première structure à donner sur le Brooklyn Bridge Park, construite en 2015, elle connut un vif succès dû à la combinaison d’un programme hôtelier (1 Hotel) et une offre de condominiums. Le tout bien évidemment en prise directe avec l’East River.

  • 168 Plymouth Street

Et pour une option de charme, pourquoi ne pas se tourner vers ces anciennes usines de peinture transformées en condominiums. Livré en 2020, 168 Plymouth Street est une conversion d’un bâtiment historique dorénavant protégé (« landmarked ») ; il offre une quarantaine d’options sur cinq étages avec des prix très raisonnables ($1,300+ / sqft.).

Dumbo est incontestablement un des quartiers les plus porteurs de Brooklyn aujourd’hui, et devient même un des plus recherchés de la ville de New York. Bénéficiez de l’excellente connaissance de BARNES New York, et d’autant plus pour vous aiguiller dans l’offre constamment changeante des Nouveaux développements.

Été 2019 : Zoom sur Fire Island, petit bout de paradis dans l’état de New York

Suite à notre récent article sur les Hamptons, BARNES New York vous emmène cette semaine à Fire Island, située à Long Island, dans l’État de New York. Cette petite île où la voiture est bannie offre des plages de sable blanc, une atmosphère conviviale et familiale, mais aussi une ambiance animée, un refuge historique pour la communauté LGBT, à seulement quelques heures de l’agitation permanente de Manhattan. Fire Island est l’échappatoire parfaite pour quitter les tumultes de la ville le temps d’une escapade…

Fire Island est une longue bande de terre qui longe le sud de Long Island. Située à 96 km de Manhattan, elle est une destination de repos convoitée par les new-yorkais qui aiment le soleil et le sable. Les 17 « communautés de plage » qui composent Fire Island vont des plages bondées (Ocean Beach, Cherry Grove) aux plages vierges (Saltaire, où une population insulaire décourage les étrangers). Les voitures n’ont pas droit de cité sur l’île ; les résidents doivent s’y déplacer à pied, à vélo, ou en bateau…

Au cours de l’année, Fire Island compte à peine plus de 300 résidents… Pendant l’été, ce nombre augmente jusqu’à 20 000. Etant donné que sa principale attraction est la plage blanche immaculée, la saison pour Fire Island commence en mai durant le weekend du Memorial Day et se termine le jour du Labor Day (fête du travail), début septembre. Les activités principales sur l’île se composent de pique-niques, tours en bateaux, surf, pêche, randonnée, et observation des oiseaux… La région accueille également une culture de fête rauque, amplifiée par des cocktails Rocket Fuel, une spécialité locale…

Si vous souhaitez rester sur l’île, vous avez le choix entre plusieurs locations de maisons et quelques hôtels. BARNES vous recommande de loger dans les zones comme The Grove, et Ocean Beach. Retrouvez ci-dessous le guide de BARNES New York pour profiter au maximum de votre séjour à Fire Island.

COMMENT SE RENDRE À FIRE ISLAND ?

Si vous voyagez de Manhattan à Fire Island, prévoyez 1h30 à 2 heures de trajet. La plupart des visiteurs accèdent à l’île via le train (LIRR) et le ferry. Le LIRR part depuis Penn Station. Selon l’endroit où vous souhaitez vous rendre sur l’île, vous pouvez vous arrêter à différents lieux de départ de ferry : Bay Shore, Sayville, ou Patchogue. De là, vous devrez marcher ou prendre une voiture pour aller au ferry. Alternativement, vous pouvez conduire jusqu’à Bay Shore, Sayville, ou Patchogue et prendre le ferry à partir de là.

De Bay Shore, vous prendrez Fire Island Ferries vers les destinations prisées du centre de Fire Island telles que Ocean Beach, Kismet, et Ocean Bay Park (aller-retour pour $19 pour les adultes). Si vous vous rendez à Sayville, prenez le ferry Sayville vers Fire Island Pines, Cherry Grove, et Sailors Haven ($16). Le Davis Park Ferry à Patchogue vous conduira à Watch Hill et à Davis Park ($17).

L’île de Fire Island est réputée pour ne pas accueillir de voiture (ce qui rend les petits villages encore plus charmants et agréables). Cependant, les deux extrémités de l’île disposent de parking à l’usage des visiteurs. Vous pouvez vous garer au phare de Fire Island à l’ouest ou à l’est au Otis Pike Fire Island High Dune Wilderness.

Gardez à l’esprit que, bien que l’île ait une largeur de 250m, elle fait 32 km de long ! Cela signifie que si vous prévoyez de vous garder à une extrémité de l’île et que vous souhaitez vous promener jusqu’au Grove, cela peut prendre près d’une demi-journée. Une fois la voiture garée, vous pouvez marcher, prendre un vélo ou un bateau-taxi pour vous rendre à votre destination. Les bateaux-taxis coûtent entre 10 et 30 dollars et s’arrêtent environ une fois par heure dans chacune des 17 communautés de Fire Island.

Fire Island Pines

Fire Island Pines, ou “The Pines”, représente la communauté située à l’est de The Grove. Depuis le milieu du 20ème siècle, The Pines accueille propriétaires et locataires, ainsi qu’une grande communauté de plaisanciers. Comme partout dans Fire Island, les meilleures activités sur trouve au bord de l’eau. Les bars gays de The Pines sont très reconnus sur l’île : Sip N Twirl, Blue Whale, et Pavilion.

Cherry Grove

Cherry Grove, ou “The Grove”, représente la communauté LGBTQ la plus ancienne et connue de Fire Island. Avant le début du mouvement moderne des droits envers les homosexuels à la fin des années 60, The Grove abritait une communauté ouverte et fière de résidents homosexuels. Sa “Community House” et son théâtre sont aujourd’hui considérés comme des monuments historiques nationaux.

Les attractions les plus populaires de The Grove sont évidemment les bains de soleil et autres activités sur la plage. Vous y trouverez des bars tels que Cherry’s On The Bay et le Ice Palace Night Club où vous pouvez y faire la fête de jour comme de nuit. Pour une vue et un dîner spectaculaire, visitez le restaurant The Sandcastle at The Ocean, un des meilleurs restaurants de l’île. A seulement quelques pas de Cherry Grove se trouve Sunken Forest, une merveille naturelle dans la baie de Sailors Haven. Ce rare bosquet se développe à partir d’eau de mer et abrite des espèces fauniques rares…

Ocean Beach

La destination la plus populaire de Fire Island est certainement Ocean Beach. Sur une île aussi résidentielle que légèrement commerçante, Ocean Beach reste le centre-ville un peu animé de l’île… En plus d’une plage très prisée, Ocean Beach regorge de restaurants, bars, boutiques, et galeries à visiter lorsque vous avez besoin d’une pause de la plage. Les must de la région sont le glacier Scoops, la boulangerie Rachel’s Bakery, et le bar Houser’s. Pour dîner, le restaurant Hideaway est connu pour son fameux risotto au homard. Outre la location de maisons locales, le Palms Hotel Fire Island offre un hébergement haut de gamme. Ocean Drive est également la communauté de l’île la plus conviviale pour les familles avec des enfants.

Fire Island National Seashore

Les parcs de Fire Island sont collectivement connus sous le nom de “Fire Island National Seashore”. La Sunken Forest et Otis Pike Fire Island High Dune Wilderness sont des zones de nature sauvages désignée par le gouvernement local. Elles font partie du “National Seashore”. Les plages à Sailors Haven et Watch Hill proposent également des terrains de camping. Le phare historique de Fire Island, construit en 1858, se trouve à l’ouest de l’île et il est également possible de le visiter.

Zoom sur les Hamptons, la destination préférée des new-yorkais

C’est officiellement la saison pour les Hamptons, région située au nord-est de Long Island, dans l’Etat de New York, à quelques heures de voiture de Manhattan. C’est le lieu préféré des new-yorkais pour fuir le chaos de la « Grande Pomme » et se détendre au soleil, ou faire la fête dans les endroits les plus branchés de Southampton et Montauk…

Les Hamptons sont très populaires depuis des années. Ses villages offrent un mélange idéal pour les new-yorkais durant l’été : au bord de l’océan, atmosphère rurale, un charme historique et exclusif, le tout à une distance convenable de New York. En effet, depuis Manhattan, il est facile de s’y rendre en train, voiture, bus, ou même hélicoptère. Si la population et l’atmosphère locale rappellent New York City, la région est en revanche beaucoup plus décontractée et agréable pour l’été.

De nombreuses célébrités y possèdent des maisons de vacances, l’absence de paparazzi et l’intimité rendent les lieux propices à la détente et la relaxation. Pour les autres, les Hamptons se caractérisent par des plages de classe mondiale, des restaurants renommés, et une ambiance très animée…

QUAND VISITER LES HAMPTONS ?

Les visiteurs commencent à arriver généralement aux Hamptons à partir du Memorial Day (mai) ; mais la véritable haute saison se déroule de juillet au Labor Day (début septembre). C’est là que la « scène sociale » est à son apogée, avec divers festivals et événements… Vous pouvez également passer un week-end aux Hamptons en arrière-saison (septembre – octobre), lorsque les villages sont moins bondés et que la météo reste clémente.

COMMENT SE RENDRE AUX HAMPTONS ?

Depuis New York, le moyen le plus simple est de conduire. Le trajet prend environ 2 – 3 heures depuis Midtown jusqu’à East Hampton Village, en fonction de la circulation. De nombreux visiteurs s’y rendent aussi en bus, via le fameux “Hampton Jitney” ou le “Hampton Luxury Liner” qui font des arrêts dans les principaux hameaux et villages.

Une autre option est de prendre le train LIRR “Long Island Rail Road”. Les trains locaux peuvent prendre jusqu’à 3 heures pour arriver à Montauk à partir de Penn Station. Il existe cependant un train express desservant les Hamptons tous les vendredis après-midi en été.

L’option la plus rapide reste de s’y rendre en hélicoptère au départ de Manhattan, évitant ainsi les embouteillages et permettant de rejoindre les Hamptons en moins d’une demi-heure ; enfin, pour ceux qui peuvent se le permettre…

OÙ SÉJOURNER AUX HAMPTONS ?

Locations saisonnières : La meilleure façon de passer l’été aux Hamptons est de passer un week-end, un mois, ou la totalité de l’été dans une maison ou un appartement. Août est la période la plus onéreuse pour réserver ; il est rare de trouver une location même modeste à moins de $7,000 par mois, et les prix pour les maisons plus luxueuses atteignent même six chiffres !

Hôtels : Les Hamptons restent limités en terme d’hôtellerie. Montauk est le lieu offrant le plus de choix pour trouver des chambres et des options variées.

Camping : Il est également possible de monter sa tente à Montauk’s Hither Hills à partir de $35 par jour (si vous réservez tôt). Camper reste donc l’option la plus abordable pour passer l’été aux Hamptons…

N’hésitez pas à nous contacter pour plus d'informations.

Les chiffres du marché Manhattan – deuxième trimestre 2019

Le marché immobilier de Manhattan apporte de nouveau des nouvelles contrastées pour le second trimestre 2019. Bénéficiant de la livraison de nombreux projets neufs, les indicateurs de prix et de nombre de ventes sont à la hausse, masquant pourtant une tendance générale de correction du marché au bénéfice, actuellement, des acheteurs.

Les ventes ont augmenté d’une année à l’autre pour la première fois en deux ans (+5% par rapport à 2018). Plus de 3,300 ventes ont été effectuées ce trimestre, totalisant 7 milliards de dollars (+$1B par rapport à 2018).

Il est cependant trop tôt pour se réjouir d’une reprise, car de nombreuses ventes ce trimestre sont en réalité des ventes sur plans (nouveaux développements / sponsors), signées au cours des trimestres précédents. Notons aussi que l’entrée en vigueur de la nouvelle loi fiscale au 1er juillet 2019 a incité beaucoup d’acheteurs à clôturer ce trimestre (surtout dans les budgets importants ; plus de détails ici). Les contrats signés ce trimestre, indicateur le plus fiable de l’activité, sont en revanche stables par rapport au second trimestre 2018 : accélération en avril (cohérent avec la réforme fiscale deux mois après), suivie d’une baisse en mai et juin.

Dans le même temps, l’inventaire, déjà élevé, n’a cessé de croître, dépassant 8,000 mandats pour la première fois depuis 2011. Les réductions de prix continuent, les marges de négociations augmentent ; aussi, la durée moyenne sur le marché atteint son plus haut niveau depuis 6 ans.

D’un autre côté, le prix médian a atteint un niveau record à $1,225,000, et le prix moyen son niveau le plus haut depuis deux ans à $2,119,000. Ces chiffres, à l’encontre des tendances baissières de marché, sont de nouveau gonflés par les nouveaux développements livrés ce trimestre, alors que les contrats avaient été signés bien avant, dans un meilleur contexte de marché. Ainsi, le prix au pied-carré reste quasiment inchangé par rapport au même trimestre 2018 (et aurait même baissé sans cet afflux de ventes de sponsors).


Quelques chiffres importants

  • Augmentation du nombre de ventes pour la première fois depuis 2017 ;
  • Progression de l’inventaire pour le septième trimestre consécutif ;
  • Nouveau record pour le prix médian de vente ;
  • Les nouveaux développements prennent leur plus grosse part de marché depuis 2 ans ;
  • Les nouveaux développements affichent leur plus petite surface moyenne de vente depuis 6 ans ;

Co-ops – Prix médian :
Studio: $425 000
1-BR: $720 000
2-BR: $1,300,000
3-BR: $2,335,000

Condos – Prix médian :
Studio: $584 000
1-BR: $1,150,148
2-BR: $2 160 000
3-BR: $3 842 500

fr_FRFrench
Consentement aux cookies avec une vraie bannière de cookies