La Chambre de commerce franco-américaine présente: Yann Rousseau, Managing Partner chez BARNES New York

Rencontrez nos membres: Yann Rousseau, Managing Partner, BARNES New York

Propos recueillis par la Chambre de commerce franco-américaine

Yann Rousseau, Managing partner chez BARNES New York, a eu le privilège d’être interviewé par la Chambre de commerce franco-américaine. Rencontrez l’homme à la tête de l’agence BARNES de New York.

Originaire de France, Yann grandit à Paris mais considère aujourd’hui Bordeaux et Arcachon comme son ancrage familial. Il a obtenu trois mastères en ingénierie environnementale (ENTPE Lyon), économie environnementale (Imperial College London), et gestion des vins et spiritueux (Bordeaux Ecole de Management / KEDGE). Il a résidé dans plus d’une douzaine de villes, dans six pays répartis sur trois continents (France, Seychelles, Royaume-Uni, Italie, Burkina Faso, USA).

Après plusieurs années dans l’humanitaire et le développement (Nations-Unies, diplomatie française, gouvernement seychellois, secteur privé, …), il a franchi l’Atlantique pour suivre son épouse, originaire de Miami. Ils s’y sont installés en 2013, où il a commencé sa carrière de consultant immobilier.

Yann accompagne ses clients pour des locations modestes comme des propriétés prestigieuses, achats sur plans, et acquisitions stratégiques (diversification de portefeuille, plus-value, …). Pour lui, il s’agit d’assister chaque client, quel que soit son budget, quelles que soient ses intentions, afin qu’il accomplisse son projet immobilier en toute sérénité et confiance. Yann inscrit sa relation clientèle dans le long-terme, pour un locataire qui deviendra un propriétaire puis un investisseur.

FACC-NY: En tant qu’ingénieur avec une formation en économie, à la fois dans les secteurs public et privé, ayant vécu dans plus de 6 pays sur 3 continents différents, qu’est-ce qui a guidé votre décision de travailler dans le secteur immobilier avec Barnes New York? 

Cela a commencé par hasard lorsque j’ai déménagé aux États-Unis (Miami) pour suivre ma femme, qui est originaire du sud de la Floride. Sa mère possède un portefeuille immobilier modeste et comme je n’avais pas de projet de carrière majeur, elle m’a demandé de m’en occuper pendant que je réfléchissais. J’ai aimé découvrir une nouvelle industrie et commencer une nouvelle carrière aux États-Unis. J’ai rejoint une boutique de courtage à Miami, puis j’ai rapidement rejoint le bureau de BARNES. Après quelques années là-bas, BARNES m’a donné l’opportunité de relancer l’opération de New York. Nous avons donc déménagé vers le nord fin 2018 et j’ai rouvert BARNES New York aux côtés de mon partenaire Christophe Bourreau. Deux ans plus tard, nous avons recruté 12 agents et doublé la meilleure année d’activité jamais enregistrée pour le bureau. Et nous sommes sur le point d’ouvrir une nouvelle agence, à Larchmont, couvrant la région de Westchester.   

FACC-NY: Comment évaluez-vous l’état actuel de l’immobilier dans la période post-COVID?

C’est une période difficile à définir précisément, car la situation reste fluide. Tout le monde a entendu parler d’un exode de Manhattan, mais quand on regarde les 3ème et 4ème trimestres de 2020, les chiffres sont en réalité encore meilleurs que ce qu’ils étaient à la même période en 2019. Il y a bien sûr un effet non négligeable de «rattrapage» de dernière minute, où les deux derniers trimestres tendent à compenser un début d’année 2020 très lent. Bref, des transactions immobilières restaient à réaliser et la plupart avaient simplement été repoussées en fin d’année. Désormais, en 2021, nous pouvons assister à une forte reprise du côté de la revente, même si le marché reste tendu du côté de la location. C’est définitivement un marché de locataires, et il reste en quelque sorte un marché d’acheteurs, bien que dans des proportions moindres par rapport à 2020. Nous avons constaté une baisse générale de 8% des prix (revente) à Manhattan, certains quartiers résistant mieux que d’autres. Les nouveaux développements souffrent beaucoup plus et nous pouvons facilement obtenir des remises à 2 chiffres. En ce qui concerne la location, les propriétaires se voient obligés d’offrir au moins 2 mois de loyer gratuits s’ils souhaitent trouver des locataires.

FACC-NY: BARNES New York espère-t-il une reprise économique prochaine à New York? 

Compte tenu du niveau de contrariété qui se fait sentir partout dans la ville, il faut rester modeste. Bien que les représentants de l’industrie s’efforcent de nous considérer parmi les travailleurs essentiels, nous sommes simplement ici pour continuer à aider nos clients de la manière la plus sûre possible. Les gens doivent encore se déplacer et trouver un logement. En parallèle, nous continuons à communiquer fortement au sujet de la ville de New York et sur la pertinence d’un tel investissement immobilier, à un moment où l’actualité prétend que tout le monde fuit la ville. New York sera toujours New York, et cela restera l’un des investissements les plus sûrs que l’on puisse faire dans un monde aussi instable.

FACC-NY: Avez-vous constaté une réduction des prix sur le marché immobilier de New York en raison de la pandémie?

En effet, comme indiqué précédemment, une baisse d’environ 8% au total à Manhattan pour la revente et environ 2 mois de loyer gratuits pour les locations. Il s’agit d’une moyenne et certains types de propriétés, par exemple les maisons de ville ou les logements de luxe, souffrent moins et semblent mieux résister à la tempête. De plus, les quartiers les plus recherchés (SoHo, Tribeca, cœur de l’Upper East Side…) n’ont pas été trop touchés, voire pas du tout, à l’opposé des zones qui dépendent fortement des forces du marché. Le «meilleur» exemple est le Financial District et autour des grandes universités (NYU / Columbia), où le manque de fréquentation a définitivement eu un impact sur le marché local. De plus, les nouveaux développements sont les plus touchés par la pandémie, car leurs délais (réglementaires ou financiers) les poussent à solder leur inventaire à tout prix. Les réductions pour cette classe d’actifs peuvent facilement dépasser 20%, ce qui est absolument sans précédent; les marges de négociation pour les nouveaux bâtiments avaient tendance à être proches de zéro dans le passé.  

FACC-NY: Comment choississez-vous les biens à ajouter à votre catalogue dans cette période de « nouveau normal »? Quelles sont les caractéristiques qui rendent un logement particulièrement attrayant pour les acheteurs de nos jours? 

Comme on peut s’y attendre, tout ce qui offre une certaine sensation d’espace, d’air, de respiration ou de verdure, présente un avantage plus fort aujourd’hui. Dans le passé, les gens ne semblaient pas trop se soucier d’une vue obstruée et acceptaient facilement un appartement situé dans les premiers étages en bas d’un immeuble dans une rue sombre, pourvu que l’emplacement était idéal et les infrastructures abondantes. Maintenant, les acheteurs et les locataires se rendent compte qu’ils pourraient avoir à passer beaucoup plus de temps dans leur appartement, et pendant la journée, ils doivent donc pouvoir se sentir moins claustrophobes et oppressés. Les maisons de ville sont un must à cet égard. Et bien sûr, les arrangements «flexibles» sont désormais incontournables. Les logements avec des espaces supplémentaires (tanières, recoins, loggias…) pouvant être utilisés ou transformés en bureau à domicile sont plus attrayants que jamais. 

FACC-NY: Dans quels types de fourchettes de prix voyez-vous le plus de mouvement?

Tout le monde est à la recherche d’une bonne affaire, mais les gens doivent encore déménager et trouver un toit. Fondamentalement, nous n’avons pas constaté de changement important dans les prix car, même si les propriétés à prix d’entrée seront toujours recherchées, les personnes qui peuvent acquérir des propriétés de plusieurs millions de dollars sont dispersées dans le monde entier. Et ce sont eux qui ont un œil particulier sur le marché maintenant pour voir quelles sont les opportunités à saisir. D’un autre côté, nous avons lentement commencé à voir des niveaux de prix que nous n’avions pas vus depuis un certain temps dans la ville, comme des condos à moins de 500 000 $ ou des coopératives à moins de 400 000 $. Le prix d’entrée diminue à coup sûr.

FACC-NY: Qu’est-ce qui vous a amené à rejoindre la communauté de la FACC-NY?

Nous sommes à l’origine une entreprise française, fortement implantée en France où se déroule l’essentiel de l’activité BARNES. Il est naturel pour nous d’être un membre actif de la communauté française partout où nous avons un bureau, et la Chambre de Commerce est souvent un excellent relais à cet effet. De plus, nous sommes souvent le point d’entrée des entreprises et des particuliers qui s’installent dans la Ville depuis la France (ou par le biais d’entreprises françaises), il semble donc absolument indispensable pour nous d’être membres de la Chambre. Nous servons tous les partis intéressés, mais notre clientèle principale reste étroitement liée à la France.

Lire l'article sur le site Web de la FACC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fr_FRFrench