Le marché immobilier new-yorkais alors que la pandémie s’estompe

Depuis plusieurs mois, la pandémie du Covid-19 a changé nos habitudes personnelles et professionnelles. Afin de continuer à faire marcher l’économie face aux consignes de durcissement, notamment avec le « stay at home order » annoncé par le Gouverneur, les employés se sont adaptés et ont dû trouver des solutions pour travailler à distance. Dans l’État de New York, même si la pandémie s’estompe peu à peu, le confinement est toujours de rigueur. Pour autant, le marché immobilier continue son chemin, dans l’attente d’une réouverture officielle du secteur, attendue fin juin.

Une valorisation des espaces extérieurs, des vues et des pièces annexes

Cet épisode de confinement montre de nouvelles prises de conscience concernant la qualité de vie et le bien-être chez soi, recherchés par la population dans son ensemble. Lors de l’annonce des consignes de confinement, beaucoup de citadins sont partis se réfugier dans leur maison de campagne ou dans des locations de vacances dans les montagnes proches, ou au bord de l’océan. Loin de la pollution, du bruit et du stress, et ce pendant plusieurs semaines, certains ont pris goût au calme et à la sérénité. Également, afin de pouvoir travailler dans un de chez soi de manière efficace, nombreux sont ceux qui se sont aménagés un bureau fonctionnel au sein de leur propre logement.

Cette situation profite aux détenteurs de biens, à la vente comme à la location, qui disposent d’une pièce supplémentaire pour faciliter le télétravail, d’un espace extérieur quel qu’il soit, d’une vue dégagée, mais aussi d’une environnement proche plus naturel et plaisant : s’éloigner de son lieu de travail grâce à l’émergence du télétravail.

Des nouveaux outils de travail pour le secteur immobilier

Malgré le ralentissement de l’épidémie, l’État de New York est encore loin de retrouver une « vie normale », quand bien même le trafic automobile (et piéton) en ville recommence à se densifier. Tout au long du confinement, avec l’interdiction des visites physiques, BARNES New York, comme ses homologues, s’est adapté et a développé une palette d’outils digitaux tels que les visites virtuelles, les plans en 3D, la vidéo et les visioconférences, pour accompagner au mieux ses clients dans l’accomplissement de leur besoin ou projet immobilier, qui ne saurait être retardé de plusieurs mois. Ces nouveaux outils ont démontré leurs performances et leur réelle utilité tout au long de cette période ; mais au-delà, une efficacité certaine, qui est tout à fait suffisante pour une formalisation de contrat malgré l’absence de visite physique.

Un marché immobilier qui reprend petit à petit

Pour chaque crise que New York a connu ces dernières années, l’immobilier s’est toujours montré être une valeur refuge. Même si le nombre de transactions et l’inventaire sont en baisse par rapport à l’année 2019, le marché semble repartir. Il faudra encore quelques semaines pour constater d’une reprise à des niveaux équivalents à la période pré-pandémie, ou si une nouvelle correction de marché, même modeste, et nécessairement à l’avantage des acheteurs, est à venir.  Après six semaines de chute continue du nombre de transactions, ce chiffre est reparti à la hausse mi-mai, avec une première semaine à plus de 40 transactions, bien que restant très en-dessous des niveaux de 2019 (-80%). Même chose pour les nouvelles propriétés entrant sur le marché, avec plus de 130 nouveaux biens (certes encore 70% en-dessous par rapport à 2019). Le bas de la courbe semble avoir été atteint.

Des nouveaux programmes en souffrance

Alors qu’un propriétaire individuel new-yorkais n’est que rarement dans l’urgence de vendre, la solidité économique des patrimoines permettant généralement une attente de plusieurs mois sans avoir besoin de réduire drastiquement un prix de vente pour une vente rapide. Ce n’est pas le cas pour les nouveaux développements. Tout autant que les « reventes » dans l’ancien, ils souffrent nécessairement d’un déficit d’acquisitions. Mais à quoi s’ajoute un arrêt des constructions (qui pourraient reprendre enfin dans les jours à venir), ce qui décalera d’autant les dates anticipées de livraisons des bâtiments, et ainsi l’encaissement de 80-90% des montants sous contrat. Les coûts récurrents d’opération et de financement de ces mégaprojets rendent une immobilisation, même limitée, extrêmement lourde à supporter ; les promoteurs s’en montrent d’autant plus conciliants lors des négociations.

Historiquement, il n’y avait quasiment aucune marge de négociation sur le marché immobilier new-yorkais, avec même des « bidding wars » assez fréquentes, où les transactions se clôturaient au-delà du prix public demandé. Depuis peu, on commençait à constater une légère marge de négociation sur le parc immobilier, tant ancien que neuf, de l’ordre de 5%. Depuis la pandémie, on constante et on anticipe ce chiffre légèrement augmenter, pour un temps, et ce d’autant plus lorsqu’il s’agit de nouveaux programmes. C’est dans le neuf que les meilleurs « deals » se trouvent actuellement.

Contactez nous pour plus d’informations